S’inscrire à l’infolettre :

Non à l’homophobie


Ce mercredi 12 novembre, la cour de cassation vient d’annuler la condamnation du député UMP Christian Vanneste pour injures homophobes. La plus haute juridiction de notre pays estime que dire que l’homosexualité est inférieure à l’hétérosexualité est une opinion qui ne dépasse pas les limites de la liberté d’expression.

Monsieur Christian Vanneste s’en sort par une pirouette philosophique en expliquant de manière hyperbolique que si l’on étendait le comportement homosexuel à l’ensemble de l’humanité, il y aurait menace pour sa survie. Ce raisonnement lui permet alors d’affirmer d’un point de vue philosophique que l’homosexualité est inférieure à l’hétérosexualité. Sous couvert d’une quelconque démonstration philosophique pourrons-nous accepter d’entendre demain que les étrangers sont inférieurs aux français, que les femmes sont inférieures aux hommes, que les pauvres sont inférieurs aux riches ou encore que les vieux sont inférieurs aux jeunes ? Les tenants de tels propos pourront-ils se retrancher derrière la liberté d’expression comme monsieur Christian Vanneste aujourd’hui ? Où sont donc les limites de la liberté d’expression ? Nous pensons que ces propos sont polémiques et indignes d’une société respectueuse de ses citoyens.

Aujourd’hui trois millions d’homosexuels en France se sentent trahis par la justice de leur pays qui considère les propos de monsieur Christian Vanneste comme étant mesurés, exempts de toute invective et de volonté de blesser.

La cassation de la condamnation de monsieur Christian Vanneste par la cour de cassation va complètement à l’encontre de l’esprit de la loi du 30 décembre 2004 réprimant notamment l’injure en raison de l’orientation sexuelle. Avec un tel jugement, la cour de cassation valide des propos qui portent atteinte à la dignité des personnes Lesbiennes, Gays, Bis et Trans (LGBT). C’est un retour en arrière qui nous fait revivre les heures les plus sombres de notre histoire où les homosexuels étaient considérés comme des sous-hommes et des sous-femmes. Nous affirmons au contraire que nous ne sommes pas des femmes et des hommes inférieurs.

Le collectif LGBT du PCF, les militants et sympathisants du PCF et d’une façon beaucoup plus générale toutes les organisations et individuels consternés par l’amnistie accordée par la cour de cassation au député Christian Vanneste se rassembleront :

Samedi 29 novembre de 14h30 à 17h30,

Parvis des Droits de l’Homme place de la république à Lille

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02