[] []
S’inscrire à l’infolettre :

Des conditions très dégradées

Publié le 2 septembre 2010

Le quinquennat de Nicolas Sarkozy est décidément marqué par une accélération du processus de casse de l’Education Nationale dans notre département.

646 postes d’enseignants sont supprimés pour cette rentrée 2010, cela représente plus de 11 % des postes supprimés au plan national et porte à 6000 le nombre d’enseignants disparus dans notre académie depuis 8 ans.

Chacun sait combien le taux d’encadrement des élèves est important, notamment dans les secteurs du département les plus touchés par les difficultés économiques.

Le PCF s’associe aux manifestations du 6 septembre pour dénoncer ces conditions de rentrée et les mesures de la réforme Chatel


Des écoles primaires fermées !

Le gouvernement pour économiser des postes, imposent des regroupements de « petites écoles » en milieu rural, ce qui entraîne cette année 3 fermetures d’écoles dans le Nord, à Mardyck, à Sailly lez Cambrai et à Sassegnies dans l’avesnois.

Les campagnes souffrent de la disparition des services publics, des activités économiques, c’est une situation que l’on ne peut accepter. Les écoles rurales sont celles qui connaissent le moins l’échec scolaire et la violence.

Des attaques systématiques du pouvoir contre l’école publique

Le pouvoir qui veut supprimer 10 % des postes dans l’Education Nationale, s’attaque à toutes les catégories d’intervenants, hormis les enseignants ce sont aussi les conseillers d’orientation psychologues qui sont visés, leur recrutement est divisé par 5 pour la 4e année consécutive, or chaque année 80 % des élèves de 3e et 60 % des élèves de seconde et terminale sont reçus chaque année par le conseiller d’orientation.

La formation des enseignants passe elle aussi à la trappe, ainsi en cette rentrée scolaire 407 stagiaires issus des concours de recrutement seront affectés à plein temps dans des établissements de notre région sans aucune formation ! Quel mépris pour ces jeunes recrutés et pour le métier d’enseignant qui se précarise lui aussi comme celui de beaucoup de salariés en France.

L’accueil en école maternelle plus difficile

L’une des conséquences les plus visibles des disparitions d postes d’enseignants dans le Nord est l’impossibilité pour beaucoup d’écoles d’accueillir les jeunes enfants à l’école maternelle dès l’âge de 2 ans, les élèves y entrent désormais à 3 voir 4 ans dans certains cas. Il s’agit là aussi d’un recul préjudiciable alors qu’est reconnu unanimement le rôle de l’école maternelle dans la mise en place du socle des apprentissages et l’atténuation des inégalités sociales.

Les propositions du Parti Communiste Français

Les communistes avancent des propositions pour sauvegarder notre service public d’Education Nationale.

  • Aller vers une réelle gratuité de l’école
  • Gratuité des transports scolaires
  • Investissement de l’Etat à hauteur de 7 % du PIB
  • Création d’un fonds national de lutte contre les inégalités
  • Obligation scolaire de 2 ans à 18 ans
  • Mise en place d’un système de sécurité emploi formation tout au long de la vie
  • Assurer une formation scientifique et pédagogique à tous les enseignants.
Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02