Mise place de la carte Crit’air

S’inscrire à l’infolettre :

Une nouvelle taxe pour les plus modestes

Publié le 18 septembre 2017

Baissez le chauffage ! Eteignez les lumières ! Alors que les enseignes publicitaires restent allumées et que les bus Macron ou les camions de marchandises traversent l’Europe, l’écologie reste un combat collectif.


Face aux pics de pollution aux particules fines dont sont victimes les habitants de notre départements, notamment sur la métropole lilloise, les moyens de transport (environ 20% des émissions de CO2), restent un levier sur lequel il est possible d’agir rapidement.

Les mesures jusqu’ici annoncées par la préfecture et la MEL restaient timides. L’annonce de la mise en place de la vignette Crit’air appelle à revoir la cohérence d’ensemble des mesures pour la qualité de l’air

Des mesures prises sans cohérence d’ensemble

  • Les réductions de vitesse : peu opérationnelles car peu de contrôles effectifs
  • Le ticket Transpole valable à la journée : une mesure qui va dans le bon sens, mais qui reste bien timide au regard des enjeux

Deux grands absents des dispositifs envisagés :

  • La gratuité des transports, lors des pics de pollution et même au-delà… Les transports en commun restent chers à Lille. La gratuité des Transports en Commun, pratiquée dans plusieurs villes et agglomération, pourrait être un point fort d’une politique incitative et innovante sur la métropole lilloise, en revoyant complétement les priorités et le mode de financement de Transpole.
  • La cohérence de la politique de transport de marchandises, avec une politique de renforcement du fret ferroviaire plutôt que du tout-camion… Sur la métropole, des sites qui pourraient servir au renforcement du transport propre de marchandise, comme celui de Lomme Délivrance, sont pourtant aujourd’hui laissés à l’abandon.

Vignettes Crit’air : une taxe supplémentaire pour les plus modestes ?

Concrètement, les gens qui roulent avec un diesel de vingt ans d’âge ne le font pas par plaisir de polluer ! Ne laisser rouler que ceux qui ont les moyens d’avoir des véhicules plus récents, c’est une forme d’injustice sociale.

Conduire les enfants à l’école, aller au travail quand on n’a pas la possibilité d’habiter à proximité ou qu’on a des horaires décalés, ça ne doit pas être un luxe !

Des mesures sont d’abord à prendre pour que les particuliers n’aient pas à supporter seuls financièrement l’abandon de leur véhicule ancien : mise à disposition de véhicules propres, ou pourquoi pas une prise en charge des abonnements familiaux pour ceux qui passent de la voiture aux transports en commun, à hauteur de la valeur du véhicule à l’argus ?

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02