Soirée débat

S’inscrire à l’infolettre :

Foot Business : La coupe est pleine !

En plein Euro 2016 marqué par les grands stades, les fan-zones, les zones commerciales exclusives, l’emploi de milliers de « volontaires » et les exonérations fiscales accordées à l’UEFA.

Le football semble en effet emblématique de la collusion entre intérêts publics et privés, sur fond de croyances en termes de développement économique. Il illustre aussi la de soumission des États au chantage d’associations sportives basées en Suisse. En pleine contestation de la loi travail, il n’est pas non plus exempt d’usages politiques quitte à restreindre les libertés publiques.

la section lilloise du PCF vous invite à une conférence débat le 21 juin à 19h15 à l’Espace Angela Davis avec

  • Benjamin Vandekerckhove, président du Spartak lillois
  • Manuel Schotté, sociologue et auteur avec Sébastien Fleuriel de Sportifs en danger. La condition des travailleurs sportifs [1] et de La construction du « talent ». Sociologie de la domination des coureurs marocains [2]

Pour l’UEFA : La France est un pays offshore !

A l’heure où les contribuables viennent de remplir leur déclaration fiscale et que le gouvernement ne cesse de nous dire qu’il faut nous serrer la ceinture, l’information ne manque pas de sel : Les sociétés organisatrices de l’Euro de football seront exonérées de tout impôt. En dehors de la TVA (au passage, réduite pour les billets) qui relève de règles européennes, aucune taxe, aucun impôt sur les sociétés, aucune autre fiscalité française ne sera prélevée sur l’UEFA et ses filiales françaises. Une estimation minimale chiffre ce manque à gagner à 200 millions d’euros [3].

Privatisation des profits, socialisation des pertes !

Mais, ce n’est pas tout ! Puisque les sociétés organisatrices s’occupent de toute l’organisation de la compétition (droits commerciaux, marketing, télé, « licensing ») sauf bien sûr de la sécurité et de la construction et rénovation des stades. Le coût associé à ce dernier aspect dépasse les 2 milliards d’euros (1,6 milliard pour les stades et 400 millions pour améliorer l’accès et les transports). Quant à la sécurité, le contrôle 24/24 par des agents privés de la seule « fan zone » du champ de Mars est évalué à 16 millions d’euros [4].

La Fraude et l’évasion fiscales dans l’ensemble de l’Union Européenne sont estimés par la Commission Européenne à 1000 milliards d’euros par an.

  • L’évasion fiscale au niveau mondial représente 25 000 milliards d’euros (estimation la plus basse). Soit : 15 fois le Produit Intérieur Brut de la France. Et avec la loi travail, ce sont les salarié-e-s qu’on veut encore ponctionner.
  • Pour récupérer cet argent au service des peuples et de leurs besoins, il faut protéger les lanceurs d’alerte autrement qu’avec des mots creux et mettre en œuvre les préconisations du rapport du sénateur communiste Eric Bocquet, votées à l’unanimité il y a un an mais restées lettre morte.

JPEGL’exonération fiscale, engagement pris dès la candidature de la France à l’Euro 2016, en 2010, n’a rien de nouveau et concerne l’ensemble des grandes organisations sportives (Comité international Olympique, FIFA en tête), toutes basées en Suisse. Alors qu’elles n’ont aucune obligation de transparence financière ni de compte à rendre aux autorités publiques du fait d’un statut particulièrement favorable, qu’elles sont concernées par de nombreuses affaires de corruption, de trafic d’influence et d’évasion fiscale, ces structures non-élues imposent leur chantage et leurs conditions à des Etats souverains et accumulent des millions d’euros sans payer d’impôt.

A travers l’organisation de ces événements, les gouvernements espèrent des retombées politiques (prestige, cohésion nationale…) et économiques. Retombées hypothétiques : Le budget de la coupe du monde en Afrique du Sud est passé de 240 millions à 4,1 milliards d’euros quand le budget des JO d’Athènes de 2004, annoncé initialement à 5,5 milliards d’euros, aurait atteint les 20 milliards d’euros. Le gouvernement n’a jamais rendu public le budget définitif mais il pèse pour beaucoup dans la crise économique grecque. Les coûts sociaux n’en sont pas moins élevés : que l’on songe aux familles expulsées de leurs logements en Afrique du Sud ou à Sotchi, ou encore aux milliers de travailleurs népalais et indiens décédés dans la construction des stades au Qatar (1 mort tous les 2 jours d’après les ONG en 2014) [5]

Aux alentours des stades construits avec de l’argent public, l’UEFA impose des zones commerciales exclusives

En clair : Coca et MacDo (dont on connaît la qualité nutritionnelle des produits), les deux sponsors officiels de la compétition, seront les seuls logos à apparaître dans les stades et les périmètres alentours. Les enseignes présentes dans « le village » devront masquer leur devanture, porter des tenues et servir les boissons dans des gobelets UEFA, en s’acquittant d’une redevance sous peine d’être exclus derrière des bâches occultantes de 2,60 m de haut ! [6]

Note du ministère de l
Note du ministère de l’intérieur aux supporters
La tenue de propos politiques est déconseillée au même titre que les propos racistes.

« L’Euro 2016 doit être une fête ! » L’état d’urgence permanent

Manuel Valls a annoncé le prolongement de l’état d’urgence jusque fin juillet pour « assurer pleinement la sécurité des grands événements ». Dans une note à destination des supporters de foot, le ministère de l’intérieur déconseille de tenir des propos politiques aux abords des stades.

Tout doucement, comme les sociaux-démocrates allemands de la République de Weimar, il trace la route vers la dictature au nom de la défense de la démocratie et du capitalisme !

Les plus de 70% de français opposés à la loi travail auront compris : d’ici là, la casse du code du travail doit être actée au besoin en recourant à l’article 49.3, pour que la fête soit belle …

Aux antipodes de la vision du sport-business impulsée par l’UEFA, Le PCF soutient le sport amateur mais exige du gouvernement qu’il cesse de voler les pauvres pour donner aux riches !

Notes :

[1Éditions du Croquant, coll. « Savoir/Agir », 2008

[2Paris, Raisons d’agir, coll. « Cours & travaux », 2012

[3Les Echos, 3 novembre 2014)

[4www.sofoot.com, 9 mai 2016)

[5The Guardian, 23 décembre 2014

[6La Voix du Nord, 5 mars 2016

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02