Cycle de formation sur l’Europe

S’inscrire à l’infolettre :

UE : histoire, fonctionnement de institutions, « concurrence libre et non faussée »

On nous le répète souvent : beaucoup de choses se discutent désormais au niveau européen, de nombreuses décisions y sont prises, 70% de nos lois en viennent…

Mais pourtant, « Bruxelles » reste un ensemble d’institutions, de méandres administratifs très flous pour la plupart d’entre nous. Trop flou, au regard de l’importance de cette institution.

En pleine campagne européenne, il nous a semblé bon de nous arrêter sur « la chose européenne », sur ce « Bruxelles » dont on entend tant de choses sans jamais vraiment savoir différencier le fantasme de la réalité. Alors que la première journée de formation a été un succès (26 personnes en tout y sont venues) et qu’une sortie à l’opéra a fait se déplacer 20 personnes, nous continuons l’aventure en nous lançant donc dans deux journées de formation sur l’Union européenne.

La première journée se déroule le 11 avril à l’Espace Marx (6 bis rue Roger Salengro, à Hellemmes Métro : Marbrerie), la deuxième le 9 mai.


Programme de la journée :

9h30 : Accueil des participants

10h : Première partie

Union européenne : Was ist das ?

Intervention de Yann Le Pollotec, Spécialiste des questions européennes dans Economie et Politique, Conseiller (ou assistant parlementaire ?) de Jacky Hénin

L’idée européenne est souvent présentée comme quelque chose qui était inévitable et qui, quelque part, à toujours existé. Pour les jeunes générations, elle est une évidence. Pourtant, l’Union européenne est très récente et plus que « naturelle », plus qu’un continent, elle est construction. A la fois fruit de plusieurs tentatives, de conflits internes, de luttes d’intérêts et d’opportunités, elle se redéfinie chaque jour.

A travers une brève historique, il sera démontré que, loin d’être une construction à visée d’abord pacifique, « l’Europe » a dès le début été pensée comme un outil du libéralisme, construite en dehors du contrôle populaire au nom de l’efficacité et de la cause.

Aujourd’hui, pourtant, transparence et démocratie sont deux des mot-d’ordre les plus importants de l’Union européenne. Qu’en est-il réellement ? Comment sont pris les décisions ? Qu’est-ce qu’une directive ? La Commission prend-elle ses décisions seule ? Quel pouvoir a le Parlement européen ? Quelle influence réelle peut avoir un député, un groupe parlementaire dans la marche des choses ?

Petit à petit, vous comprendrez que l’Union Européenne est actuellement utilisée comme un outil de déresponsabilisation des gouvernement des différents pays européens, mais qu’elle reflète belle et bien leur volonté politique.

12h30 : auberge espagnole

14h : Deuxième partie

GUE, PGE : Quels sont les européens qui luttent à nos côtés ?

Intervention de Giorgos Karatsioubanis, membre du Conseil Central du Neolaia Synaspismou (Grèce), responsable PGE (Parti de la Gauche Européenne)

Dans chaque pays de l’Union euroépenne, des communistes et progressistes luttent pour les mêmes idées, les mêmes valeurs que les communistes français.

Alors que les libéraux européens se sont unis et accordés depuis longtemps, la gauche antilibérale européenne apprend peu à peu à travailler de concert.

Que ce soit au sein du Parti de la Gauche Européenne, plate-forme de débat, d’organisation, de mise en commun et de coordination de partis progressistes, ou au cœur de l’arène européenne dans le groupe parlementaire Gauche Unie Européenne – Gauche Verte Nordique, ces militants commencent à mettre en place des outils communs de lutte. Présentation.

15h : Troisième partie

Le dogme de la concurrence libre et non faussée

Intervention de Giorgos Karatsioubanis, membre du Conseil Central du Neolaia Synaspismou (Grèce), responsable PGE (Parti de la Gauche Européenne)

Le débat référendaire de 2005 a popularisé l’expression, le dogme, l’idéologie de la « concurrence libre et non-faussée ». Nous en avions déjà pressentie les conséquences. Aujourd’hui, encore plus qu’à l’époque, elles se font jour.

De nombreux exemples peuvent illustrer la dangerosité de ce concept : l’affaire Rüffert, cette décision de la Cour européenne de Justice qui estimait que payer deux fois moins des polonais en Allemagne que ce que les conventions collectives exigeaient n’était pas contraire au Traité européen, l’affaire Viking et Laval, qui remettait en cause les droits des syndicats scandinaves, le retour à peine déguisé de la fameuse directive « Bolkestein » contre laquelle le peuple s’était mobilisé,…

Les exemples ne manqueront pas pour nous faire comprendre ce qu’est la politique européenne des marchés.

Quatrième partie 

Moment culturel

Surprise !

Cette formation aura lieu à Espace Marx, 6 bis rue Roger Salengro, à Hellemmes Métro : Marbrerie.

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02