Wazemmes et Moulins privés de braderie

S’inscrire à l’infolettre :

la Braderie populaire en prend un coup

Publié le 31 mars 2017

Suite aux attentats meurtriers qui ont endeuillé la France en 2015/2016, de nombreux événements publics sont restreints, voire annulés. De nombreuses communes annulent leur vide-grenier faute de ne pouvoir répondre aux normes de sécurité préfectorales. A Lille, c’est la Braderie, événement emblématique de notre ville, qui ne s’est pas tenue en septembre dernier.

Comme on s’y attendait, c’est une version reconfigurée qui est annoncée ce mardi dans la Voix du Nord, avec la délocalisation du semi-marathon ou encore avec l’arrêt des secteurs en braderie à Moulins et à Wazemmes.


Il y a quelque chose de contradictoire dans ces annonces : d’un côté on nous dit vouloir retrouver « l’esprit originel de la braderie », mais c’est bien la braderie populaire qui prend un coup avec la suppression de son périmètre des quartiers de Moulins et de Wazemmes, dont les habitants n’auront plus droit à leur vide-grenier annuel. (Moulins n’en a aucun autre au cours de l’année)

Nous regrettons ce qui ressemble à une volonté de faire du Centre et du Vieux Lille la vitrine exclusive de notre ville. Pour rappel, la braderie est financée par l’impôt de tous les lillois, pas uniquement ceux des quartiers aisés et des rues commerçantes chics.

Chacun appréciera ce qui serait « l’esprit originel » de la braderie. Mais quelle braderie ? Celle des années 70 ? Celui de ses débuts au Moyen Âge ? Celle qui était l’occasion pour le « petit peuple » de revendre les vieilles fripes et menus objets concédés par leurs maîtres ?À la lecture de Wikipédia, on apprend pour l’anecdote qu’à l’époque la braderie pourrait devoir son nom à la présence… des rôtisseurs, lointains ancêtres des fameux kebabs (rôtir : braden en flamand)…

Joseph Demeulemeester porte-parole du PCF Lille

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02