Bilan des députés communistes

S’inscrire à l’infolettre :

Des élus fidèles à leur valeur

Publié le 20 janvier 2017

Dans la lignée des gouvernements précédents, François Hollande a fait le choix de continuer la logique de servir les actionnaires au détriment des travailleurs. Les députés communistes eux se sont battus, fidèles aux valeurs progressistes de la Gauche


Documents liés :
Fichier pdf
Bilan des députés communistes pour la 14e législature.

Synthèse des textes les plus symboliques examinés et adoptés lors de cette législature, avec l’indication du vote des députés communistes.

Fichier pdf - 941.8 ko
Commenter cet article

Les députés du groupe Démocrates et Républicains, rassemblant une grande majorité de communistes, n’ont jamais voté la confiance aux gouvernements de Hollande. Relais des mouvements sociaux, ils se sont battus à l’Assemblée Nationale contre toutes les lois de régression sociale de ce quinquennat.

Les batailles les plus rudes ont été celles sur la loi Macron ou la loi Travail. Dans ces deux cas, le premier ministre Valls a préféré la fuite à la démocratie, en utilisant l’article 49.3 pour passer en force et sans débats...

En déposant des propositions de lois, toutes rejetées par les députés socialistes, les députés communistes ont menés l’offensive en démontrant qu’une politique de gauche est réalisable.

Quelques exemples concrets et possibles :

Répartition des richesses : retour à l’échelle mobile des salaires, c’est à dire d’augmenter les salaires avec les prix pour éviter que notre pouvoir d’achat diminue sous l’effet du coût de la vie en constante augmentation.

Interdiction de versements de dividendes aux actionnaires pendant cinq ans : la richesse que nous produisons en travaillant est confisquée par des actionnaires au lieu de servir à investir et à augmenter les salaires.

Emploi : interdiction des suppressions d’emplois abusives, car de Mittal, Goodyear, Alstom, pour ne citer que ces grands exemples, les entreprises qui font des bénéfices et reçoivent des aides de l’Etat via le CICE continuent à licencier.

Retraite : en 2013, les députés communistes défendaient une retraite à 60 ans à taux plein, calculée sur les 10 meilleures années. Pour financer une telle mesure : taxation du capital au même niveau que le travail ou suppression des exonérations de cotisations sociales sur les bas salaires.

Ces propositions sont applicables, finançables. En 2017 aux législatives, donnons une majorité à la gauche fidèle à ses valeurs.

Bilan des députés communistes pour la 14e législature.

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02