[] []
S’inscrire à l’infolettre :

Répartition budgétaire et part de la dette

Publié le 16 juin 2014

La suppression de la taxe professionnelle a mis en difficulté nombre de collectivités car les nouvelles taxes sur les entreprises rapportent beaucoup moins. Par ailleurs, les collectivités n’ont aucune marge de manœuvre sur la fixation des taux.

Les socialistes doivent revenir sur cette réforme injuste qu’ils ont dénoncée quand Sarkozy l’a décidée. Les prochaines majorités de gauche des grandes villes et des agglomérations doivent mobiliser et gagner sur cette question.

La répartition des dépenses traduit des orientations qui, contrairement à l’affichage de la Ville de la Solidarité, ne privilégient pas cette dimension (voir ci-contre).

Alors que les recettes diminuent [1], le poids de la dette pèse sur le budget municipal [2] : chaque année, les intérêts pèsent lourdement dans le remboursement des annuités.

La politique financière de la ville doit faire l’objet d’une analyse critique avec un objectif : réduire la part des taux d’intérêts.

Notes :

[1Budget de la Ville en diminution : 2011 : 432 millions d’euros €
2012 : 550 millions d’euros €
2013 : 510 millions d’euros

[2La part des intérêts dans le remboursement de la dette représente :
En 2011 : 25%
En 2012 : 30.6%
En 2013 : 27,5%

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02