S’inscrire à l’infolettre :

Publié le 6 janvier 2009

transports gratuits

Nous proposons de rendre les transports gratuits et cette mesure soulève de nombreux questionnements. Vous trouverez ici quelques réponses aux question qui pourraient vous passer par la tête. Attention : Lire cet article pourrait faire tomber de nombreuses idées reçues.


Est-ce faisable ?

Certaines villes ont tenté l’expérience de la gratuité des transports, mais celleci a un coût : supprimer le ticket C’est revoir fondamentalement le financement des Transports en Commun. Le prix du ticket représente moins de 44% du chiffre d’affaire de Transpole : c’est-à dire 86 millions d’euros. Rendre l’accès aux transports gratuit revient donc à transférer ce budget vers la fiscalité

Qui paierait ?

Cela mériterait une étude approfondie. Plusieurs scénarios sont possibles :

  • Les Entreprises pourraient participer au financement, comme en région Parisienne où 50% des dépenses des salariés en matière de transports sont remboursés par l’employeur.
  • L’impôt permet à chacun de payer en fonction de ses moyens le coût global des transports. Ce fonctionnement serait alors plus juste socialement. Depuis plus de 2 ans, le groupe communiste de la LMCU demande une étude de faisabilité sur la gratuité des transports - refusée jusqu’à ce jour. Cette étude pourrait constituer un bon point de départ à l’élaboration d’un nouveau mode de gestion des transports publics, plus juste, économe et innovante.

Cela rendra t-il les transports plus chers ?

Au contraire, une partie du chiffre d’affaire de transpôle sert à acheter les distributeurs automatiques, imprimer les tickets vendus sur le réseau ou encore payer la communication sur les offres tarifaires de Transpôle. Instaurer la gratuité, c’est s’affranchir de ces dépenses.

Cela ne risque t-il pas de provoquer davantage de vandalisme ?

En 2001, La ville de Chateauroux, a suivit l’exemple de Compiegne et Colomier : les transports y sont devenu gratuits. Cette ville n’a pourtant pas été témoin d’une recrudescence de vandalisme dans ses bus non-payants. C’est le facteur humain qui stoppe la violence : les dégradations et les nuisances peuvent être palliées par une présence accrue de médiateurs dans les stations de métro et dans les transports.

Quelles pourraient être les conséquences de la gratuité des transport ?


Plus d’égalité sociale

  • Les métros, bus et tramway seraient accessibles à tous, quel que soit le revenu ou la situation sociale
  • La facilité d’accès aux transports en commun désenclaverait les quartiers les plus fragiles. Ce qui permettrait plus de mobilité entre lieu de résidence, lieu d’études, lieu de travail et lieu de loisir.
  • Précarité oblige, les périodes de recherche d’emploi sont de plus en plus fréquentes tout au long de la vie. Ces périodes sont caractérisées par le stress et l’inquiétude vis-à-vis des parcours professionnel. La gratuité des transports assurerait à chacun la liberté de déplacement nécessaire à la recherche d’emploi sans avoir à courir après les demandes de remboursement de transport.

Plus écologique

La gratuité des transports en commun encouragerait les automobilistes à laisser le volant pour emprunter un moyen de transport moins onéreux et moins polluant. Ce qui aurait pour effet de limiter les pics de pollution sur la métropole.

Plus d’argent pour développer les transports.

Avec les économies sur l’achat de distributeurs et de composteurs, c’est autant d’argent qui participerait au développement de nouvelles lignes ou à l’achat de nouvelles rames pour le confort de chacun.

Une ville plus dynamique

Les transports gratuits dans une métropole de la taille de Lille seraient une première en France. Cette innovation pourrait favoriser l’image touristique de Lille.

Comment mettre en place la gratuité ?

Une étude de faisabilité doit être menée pour savoir combien coûte la gratuité. Nous savons que rendre les transports gratuits reviendrait à transférer 80 millions d’euros vers les charges fiscales (soit 7 euros par mois et par habitant : on est loin du prix du ticket mensuel à 42 euros... ). Mais une étude doit être réalisée pour connaître les modalités et les effets de ce transfert. Cette étude demandée depuis 2 ans par les élus communistes a jusqu’à maintenant été refusée par les groupes PS et UMP de la communauté urbaine.

Des transports payants pour quels profits

Commenter cet article

6 Commentaires :

Le 14 juin 2009 par Philippe ROUSSEAU
Pour la gratuité des transports sur Lille métropole

Je soutiens l’initiative des communistes de Lille demandant qu’une étude de faisabilité soit effectuée. Le développement de l’utilisation des transports publics par les habitants et les visiteurs est une urgence, ne serait-ce que pour tenir les engagements de la France en matière de pollution atmosphérique. Le coût des transports est un frein

Le 14 juin 2009 par Jeremy
Pour la gratuité des transports sur Lille métropole

suis un peu dans la précarité, je cherche un emploi et apprécierai la gratuité des transport pour les exclus de ce système tous ensemble ! merci PCF

Le 31 mars 2009 par Laurent Lefebvre
Compiègne est peut-être un mauvais exemple...

La gratuité ne doit pas être engagée au détriment de la qualité et de l’offre en matière de transports. C’est, le reproche que vous faites à la ville de Compiègne.

Il faut trouver l’argent nécéssaire pour instaurer un accès aux transports sans passer par la case « ticket » (qui désavantage les plus démunis) tout en maintenant la haute la fréquence et la quantité de desserte des transports Lillois. C’est un défis qu’il est possible de relever en agissant sur la fiscalité.

Par exemple, une augmentation de 0.2% du versement transport ferait gagner 18,5 milions d’euros et pourrait ainsi compenser une partie du prix du ticket.

Par ailleurs, créer une régie publique des transports, c’est s’affranchir des 2.8 milions d’euros empoché en 2007 par Kéolis sous forme de Bénéfices.

Enfin, une partie des sommes dépensées dans l’entretient et l’achat des billeteries automatiques ainsi que dans l’impression des tickets et dans la création de campagnes de communications liée à la tarification de Transpôle pourrait être économisée.

Le 22 mars 2009 par Stef
Compiègne est ce un exemple ?

Ayant résidé plus de 10 ans à Compiègne, je doute que les transports en commun de cette ville soient à citer en exemple de la gratuité. Des bus au mieux toutes les 25 minutes sur la ligne principale et je ne décris pas les autres lignes. Des tracés à dissuader de prendre le bus. Parfois plus rapide à pied !... Un service déplorable conçus à destination des pauvres !... En somme l’obole du baron Marini (sénateur maire de la ville) !

Sinon la généralisation de la prime transport pour les salariés, la moitié de l’abonnement sera pris en charge par les employeurs. C’est le patronat qui va payer :-))

Enfin si ce n’était qu’une question de cout pour l’usager, que représente l’abonnement rapport aux couts de la voiture ?

Le 16 octobre 2008 par 20 Minutes, éditions du 17/09/2008
Le PC prône la gratuité des transports

Les distributeurs de tickets et les poinçonneuses au placard. La section lilloise du parti communiste (PC) vient de lancer une pétition* pour réclamer la gratuité des transports à Lille. En deux semaines, elle a recueilli un peu plus de deux cents signatures. « Il y a des laisser-pour-compte dans la politique tarifaire de Transpole, explique Laurent Lefebvre, chargé de la question des transports au PC. Notamment les jeunes précaires, qui ne sont plus étudiants et pas chômeurs. » Avant d’imposer cette mesure, les communistes veulent surtout réfléchir aux conditions de sa mise en place. « Cela fait deux ans qu’on réclame une étude de faisabilité, et on n’a pas de réponse », argue Joseph Demeulemeester, de la section lilloise du PC. « Le prix des billets représente près de 45 % du coût de fonctionnement du métro. L’étude est vite faite... », rétorque Eric Quiquet, président du syndicat mixte des transports en commun. « C’est d’abord un choix politique », concluent les communistes.

source : http://www.20minutes.fr/article/253830/Lille-Le-PC-prone-la-gratuite-des-transports.php

Le 12 septembre 2008 par ROELENS Louise
Oui aux transports gratuits !

Depuis 5ans je me balade dans les transports en commun pour me rendre à l’école. Or lorsque l’on devient étudiant cela n’est plus gratuit. Je dois donc débourser tous les mois 30euros pour pouvoir aller à l’université sans compter que je passe plus de 2h par jour dans les transports.

Transpole ne pourrait-il pas faire un effort ? Ne pourrait-il pas améliorer leurs horaires vers les lignes suburbaines ?

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02