Gratuité du transport des lycéens

S’inscrire à l’infolettre :

Réunion publique

Publié le 3 février 2012

Gratuité du transport des lycéens le combat continue

Réunion publique à Lille samedi 18 février à 11h

salle Philippe Noiret, Mairie de quartier de Wazemmes

(rue de l’abbé Aerts, métro wazemmes)

Depuis le 1er janvier, les élus de LMCU (à l’exception des élus communistes) ont validé la suppression de la gratuité pour 23000 lycéens de la métropole lilloise. Cette gratuité pour assurer le transport de nombreux lycéens et lycéennes (un aller/retour par jour si lieu de résidence supérieur à 3 Km. du lycée) qui existe depuis 1985, contribuait au droit des jeunes à poursuivre leurs études dans les meilleures conditions possibles


Alors que l’éloignement en raison de leur lieu d’habitation concerne 23 000 lycéen(ne)s et représente une réelle contrainte, la gratuité des transports scolaires reste une condition essentielle pour favoriser leurs déplacements et poursuivre leurs études.

Et c’est donc au nom d’une soit- disant « équité » vis-à-vis des 40 000 lycéen(ne)s ( moins de 3 km de leur établissement scolaire) ne bénéficiant pas de cette mesure de gratuité, qu’en cette fin d’année, des milliers de familles de lycéen(ne)s qui en bénéficiaient , se voient annoncer et imposer la mise en place d’une carte « VIVA » payante avec une tarification pour l’ensemble des lycéen(ne)s de 18€ par mois et par enfant pour les foyers imposables et de 9€ par mois et par enfant pour les foyers non imposables se traduisant par une ponction importante et supplémentaire sur leur déjà maigre pouvoir d’achat.

Cela, alors que la justice sociale, et plus encore le droit à se rendre gratuitement au lycée aurait dû se traduire par la mise en place de la gratuité pour l’ensemble des 63 000 lycéens et lycéennes.

C’est d’ailleurs ce qui ressort du mécontentement grandissant de parents d’élèves, d’associations (FCPE, PEEP, FEMMES SOLIDAIRES d’Halluin, UNRPA de Seclin..), d’organisations syndicales de retraités (CGT, FGR-FP, FO, FSU, SOLIDAIRES, UNSA...), de partis politiques (PCF, FRONT de GAUCHE, JC…) en réaction de cette décision injuste et pénalisante pour les foyers les plus modestes.

Lors de l’audience d’une délégation le 13 janvier, à l’occasion de laquelle plus de 1700 pétitions ont été remises à l’intention de Mme Aubry, présidente de la communauté urbaine, les représentants des élus PS et Verts par la voix de M. Cacheux et M. Quiquet, ont affirmé assumer « leurs choix et décisions politiques » en mettant en avant le critère de justice sociale et en tentant de balayer d’un revers de main toute l’argumentation de la délégation qui s’est faite entre autre autour de la dure réalité du vécu, de la pauvreté des familles, des risques d’absentéisme et d’échec scolaire.

Il est nécessaire de poursuivre l’expression et l’élargissement de la mobilisation

• pour que les élus reviennent sur leurs choix de régression sociale ajoutant de la misère à la rigueur et à l’austérité.

• pour que soient trouvées les solutions du maintien de la gratuité des transports scolaires et de son extension à tous les lycéen(ne)s

• pour que l’accès gratuit à l’enseignement ne soit pas un vain mot et demeure une vraie valeur d’égalité et de justice sociale.

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02