S’inscrire à l’infolettre :

Personnes agées

Publié le 18 février 2008

Les élus communistes et républicains agissent de longue date pour conforter les droits des personnes âgées, assurer leur dignité, éviter leur isolement, assurer leur maintien en bonne santé.


L’allongement de la durée de vie dessine des enjeux nouveaux à la fois humains et financiers. Ils souhaitent voir se développer les services d’aide à la personne (aide ménagère, soins, télé assistance, travaux à domicile, etc.), proposent que soit aidée l’adaptation des logements et soient favorisés les déplacements (action pour une tarification en leur faveur dans les transports publics, etc.). Ils inviteront chaque département à s’inscrire dans le Plan canicule ainsi que dans le Plan Alzheimer, même si dans ces deux domaines comme ailleurs, l’Etat doit assumer les responsabilités relevant de la solidarité nationale et ne pas se reposer sur les seules collectivités territoriales.

Depuis 2005, le département assure seul le pilotage des actions gérontologiques à travers la mise en place de centres locaux d’information et de coordination (CLIC), dont l’Etat devrait assurer la pérennité par son engagement financier, comme le demandent les élus communistes et républicains.

Leurs actions de terrain visent, à travers une démarche partenariale, à renforcer l’autonomie des personnes âgées, à retarder au maximum la dépendance, à compenser les pertes d’autonomie liées au grand âge. Ils oeuvrent à la diversification des modes d’accueil afin d’offrir, quand c’est possible, des alternatives au placement longue durée : hébergement temporaire, accueil de jour, etc. A travers la politique de conventionnement qu’ils proposent, ils veillent à la qualité des structures d’accueil, au nombre de places disponibles, à la tarification.

L’instauration de l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) constitue un pas en avant dans le soutien aux personnes âgées dépendantes et à leur famille. Les élus communistes et républicains estiment que l’APA, aujourd’hui à la charge des départements, a vocation à relever de la solidarité nationale, à travers la reconnaissance d’un « 5éme risque » au sein du dispositif de Sécurité sociale. Dans l’immédiat, ils se prononcent pour une amélioration des critères de compensation, afin que l’Etat tienne ses engagements de compenser à hauteur minimum d’un tiers les dépenses effectuées par chaque département.

Propositions concrètes :

  • Dévelloppement de centres d’hébergement à portée de tous et de l’aide à domicile pour permettre à nos anciens de vivre dignement.
  • Meilleur prise en charge de le dépendance
  • Défense de l’allocation personnalisé d’autonomie (APA)
Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02