[] []

Rencontre - Débat

S’inscrire à l’infolettre :

Economie Sociale et Solidaire

SCOP et autres coopératives, intérêt, limites et développement.


Rencontre - Débat SCOP et autres coopératives, intérêt, limites et développement Mercredi 9 novembre de 18h30-20h30, à l’Espace MARX, 6 bis rue Roger Salengro 59260 Hellemmes-Lille.

Dans le cadre des évènements organisés en France au cours du Mois de l’Économie Sociale et Solidaire.

En présence de Sylvie Mayer, responsable PCF, économie sociale et solidaire - artisanat

Cette rencontre aura pour objet de partager des attentes, des difficultés, des expériences afin de dessiner les contours d’une économie alternative.

Economie équitable, illusion ou réalité ?

extrait de la Revue du Projet

Tout n’est pas à inventer. Il y a dans le monde, en Europe et en France des « expérimentations anticipatrices », comme aime à le dire Patrick Viveret, d’autres manières de produire, d’échanger, de consommer, de financer les activités humaines : L’économie sociale et solidaire (ESS)

Développée dans le monde entier, elle recouvre en France recouvre 10 à12% du PIB pour 8 à 10% des emplois, nous propose des voies à explorer, redécouvrir et développer.“De cette économie sociale”, disent les Nations unies, plus particulièrement à propos des coopératives, “dépend la vie de plus de la moitié de la population de la planète. ” Elle constitue une base sociale innovante dans une période où de plus en plus de citoyens et de gouvernements cherchent des solutions hors de l’étatisme et du libéralisme. L’ESS, une autre forme d’appropriation des moyens de production et d’échanges.Ni tout Etat, ni tout marché, son système de propriété collective choisie, transmissible d’une génération à l’autre, d’un groupe de personnes à l’autre, son ancrage territorial la préserve des OPA et des délocalisations. Un droit de préemption des salariés sur leur entreprise lors d’une cession (Les patrons de 700 000 entreprises partiront à la retraite dans les dix ans qui viennent, soit 3 millions de salariés concernés) permettrait d’étendre les SCOP, sociétés coopératives participatives. L’économie sociale et solidaire sort la formation des prix de la loi de l’offre et de la demande et des opérations spéculatives à travers :

• Le commerce équitable Sud Nord (prix plancher assortis de primes de développement)

• Le développement actuel de circuits alimentaires directs entre paysans et consommateurs.

En matière de financement les banques de l’économie sociale, associées aux banques nationalisées dans le pôle de financement public et social que propose le Parti communiste , permettraient une autre orientation de l’utilisation de l’argent, vers la création d’emplois utiles et innovants, de logements sociaux, d’activités préservant l’environnement et les ressources naturelles, de développement territorial.

Le développement d’une production de biens et de services par les entreprises d’économie sociale ne s’oppose pas à la responsabilité publique. L’économie sociale n’a aucune vocation à faire ce que l’Etat voudrait abandonner, pas plus qu’à laisser tous les secteurs rentables aux sociétés de capitaux. Aujourd’hui, le statut d’entreprise d’ESS n’est pas automatiquement synonyme d’entreprise idéale. Le poids de la concurrence des entreprises de capitaux, la nécessité de dégager des excédents d’exploitation, d’avoir des fonds propres, dans un contexte général économique et idéologique ultra-libéral, impactent les entreprises de l’économie sociale, notamment les plus importantes d’entre elles, banques coopératives, assurances mutualistes. Dès que le respect des valeurs fondamentales de l’économie sociale est édulcoré, sous quelque prétexte que ce soit, les dérives apparaissent. Il y a nécessité d’un retour vers les valeurs et pratiques initiales de l’ESS Là, comme dans tout processus de transformation sociale, rien n’est automatique, rien n’est d’avance acquis sans approfondissement démocratique, investissant totalement les sociétaires aux côtés des salariés dans la responsabilité de la gestion de l’entreprise et des décisions stratégiques. De grands services publics des biens communs (eau, énergie, santé, éducation…), une nationalisation ou renationalisation démocratique des secteurs clés de la production (grandes entreprises de l’agroalimentaire, de la pharmacie) associée à un développement des entreprises de l’économie sociale ouvriraient la voie à ce nouveau mode de développement vers une économie solidaire et de partage.

Sylvie Mayer responsable PCF, économie sociale et solidaire.

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02