[] []

La voix du Medef

S’inscrire à l’infolettre :

Hollande, l’irresponsabilité sociale

Publié le 28 janvier 2014

De virage à droite en virage à droite, François Hollande va finir par faire un tour complet sur lui-même... Le Président de la République a présenté ses vœux aux forces vives de la nation et aux partenaires sociaux ; l’occasion pour lui de détailler son pacte de responsabilité en faveur de l’emploi.

Les grands perdants de ces annonces sont, une fois encore, les salariés qui vont payer le hold-up patronal sur la solidarité nationale. François Hollande n’a qu’un seul partenaire : le MEDEF.

Le Président a ainsi confirmé les 30 milliards sur 3 ans de baisse des cotisations familiales pour les employeurs, une refonte de la fiscalité pour l’aligner sur les pays européens pour 2020, et la simplification, a posteriori, des démarches administratives des entreprises. Quand aux contreparties, le Président de la République a noyé le poisson. Toujours aucun objectif chiffré, notamment en terme de création d’emplois.

Le PCF invite à soutenir la mobilisation du 6 février à l’appel des syndicats, et à participer à la manifestation pour l’emploi et les salaires prévue à 14h30 porte de Paris à Lille


UN PACTE D’IRRESPONSABILITE SOCIALE

Déclaration de Pierre Laurent secrétaire national du Parti communiste français

C’est un véritable « pacte d’irresponsabilité sociale » qu’a présenté François Hollande au cours de sa conférence de presse. Ses annonces sont une attaque profonde, un dynamitage en règle du modèle social et républicain français. En proposant la fin des cotisations familiales patronales. Le Président de la République a répondu à une vieille exigence de classe du MEDEF et fait un nouveau cadeau de 30 milliards au patronat après les 20 milliards du CICE. Les contre-parties exigées, elles, sont du vent, pire elles ne relèveraient que de négociations de branche que le Parlement a déjà appelé à entériner. Autrement dit, c’est la fin de toute législation sociale nationale ! La méthode proposée est, elle aussi, inacceptable. Le Président se donne 6 mois pour mettre en œuvre son pacte. Le Parlement et les organisations de salariés sont sommées de se soumettre aux exigences du patronat. La réforme institutionnelle dessinée par le Président est un profond coup porté à la démocratie.

Les communistes avec le Front de gauche seront mobilisés pour faire échouer le plan présidentiel. Je réitère ma proposition de pacte de solidarité à l’ensemble des militants de gauche pour créer les conditions de mise en œuvre d’une politique de gauche que le Président a décidé d’abandonner. Paris, le 14 janvier 2014

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02