S’inscrire à l’infolettre :

Travail du dimanche : Non merci !

Publié le 16 juillet 2009

Comme souvent, le gouvernement profite de la période estivale pour faire passer en douce les mauvais coups. C’est le cas avec la loi pour généraliser le travail le dimanche dans les grandes agglomérations comme Lille.

Pour Sarkozy et son gouvernement, il faut travailler plus, plus longtemps, plus vieux, le dimanche, les jours fériés, la Pentecôte et bientôt, pendant son arrêt de maladie ou son congé maternité. Les parlementaires se prononcent pour la 4e fois cette année sur la question du travail le dimanche, sans aucune étude sur l’impact de ce projet sur l’emploi, ce qui montre l’entêtement et le dogmatisme qui entoure ce projet de loi qui est loin de faire l’unanimité. 85 % des français considèrent que le dimanche « doit rester un jour de repos pour le plus grand nombre » et pour 86 %, il est « un jour fondamental pour la vie de famille, sportive ou culturelle ».


L’agglomération lilloise directement concernée

L’UMP, qui a fait du dimanche une affaire de principe, explique : « Le travail le dimanche est basé sur le volontariat ; les salariés (dans les zones où il est autorisé) sont payés le double, bénéficient du repos compensateur et d’un droit de retrait s’ils ne veulent plus travailler le dimanche. » Faux : le texte permet de généraliser le travail dominical dans des conditions très défavorables pour les salariés.

Sont concernées les zones touristiques, et les grandes agglomération (Paris, Lyon , Marseille…et Lille). Le volontariat est loin d’être garanti par le texte. Dans les zones touristiques, les salariés seront obligés de travailler le dimanche si leur employeur le demande, sous peine de licenciement. Pour les grandes villes comme la nôtre, en l’absence d’accord avec le salarié, l’employeur demande chaque année au salarié s’il souhaite « bénéficier d’une priorité » pour occuper un emploi où il ne travaillera plus le dimanche. La seule obligation de l’employeur est donc de poser la question. Cette proposition ne garantit en rien pour les zones touristiques le caractère volontaire du travail le dimanche, l’obligation de doublement de salaire et de repos compensateur.

Les lillois n’ont rien à y gagner.

Retrait de la loi

Les communistes exigent le retrait pur et simple de la loi qui risque de banaliser à terme et sur tout le territoire, le travail du dimanche. Ils appellent les municipalités à peser contre la généralisation du travail le dimanche. L’ouverture des magasins le dimanche dans les zones touristiques est un prétexte. Ce que vise la droite c’est clairement retirer un à un les droits des salariés pour les livrer au patronat seuls et sans défense.

UNE MESURE INJUSTE SOCIALEMENT, ET INEFFICACE ÉCONOMIQUEMENT

RÉACTIONS :

Les élus communistes de Lille : « (…) Salaires médiocres, horaires sans limites, travail 7 jours sur 7,… L’ouverture des magasins le dimanche dans les zones touristiques n’est qu’un prétexte. L’argent qu’un ménage possède et donc dépense est limité ; il ne s’accroîtra pas avec l’ouverture des magasins le dimanche. Les Lillois et les Lilloises ont donc tout à perdre avec cette loi, à commencer par leur vie de famille et leurs loisirs. »

Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT : « De quel droit les patrons imposeraient à toute la société le temps de la vie ? L’enjeu, c’est la vie personnelle. »

Roland Muzeau, député PCF, lors de la discussion à l’Assemblée Nationale :

« À qui allez-vous faire croire, pour ne prendre que cet exemple, qu’un demandeur d’emploi pourra, lors d’un entretien d’embauche, affirmer tranquillement ne pas vouloir travailler le dimanche si l’employeur le lui demande et conserver réellement toutes ses chances d’être embauché ? »

Même les commerçants désapprouvent cette mesure ! Comme en témoignent les propos du représentant de la Chambre de commerce et d’industrie de Lille (CCI) « Ce que l’on remet en cause en cassant le principe du repos dominical est hallucinant. Ce n’est pas un problème de commerce uniquement, mais un problème de société qui concerne les syndicats, les citoyens et même les instances religieuses. (…) Ouvrir le dimanche ajouterait 15 % de charges pour 2 à 3 % de chiffre d’affaires supplémentaires, car le pouvoir d’achat global reste le même. Et tout cela au détriment de zones comme Valenciennes, Béthune, Douai, qui resteraient fermées. Ce n’est pas très développement durable d’inciter les gens à faire des kilomètres pour se ruer dans une galerie commerciale » (source : 20 minutes du 8 juillet 2009)

IL A OSÉ LE DIRE !

Nicolas Sarkozy : « Est-ce qu’il est normal que le dimanche, quand Mme Obama veut avec ses filles visiter les magasins parisiens, je dois passer un coup de téléphone pour les faire ouvrir ? »

Pour Sarkozy, le message est simple : un pays moderne est un pays où la consommation doit être élevée au rang de loisir et où le bon vouloir de la clientèle s’affirme comme objectif d’intérêt général…

Commenter cet article

1 Commentaire :

Le 22 juillet 2009 par verbruggen franck
Travail du dimanche : Non merci !

les gens qui disent oui aujourd’hui, pour la plupart ils ne sont pas conserner. mais cela retombera sur les future générations ou la nos enfants ou petit enfants n’auront pas de choix que d’accepter ou ils ne travailleront pas. Alors je le dit à tout les parents voulez vous que vos enfants non même plus les dimanches pour être en famille. Pour moi c’est non , faitent comme moi refuser d’aller dans les magasin le dimanche comme cela cette loi n’aura plus lieu d’être. Franck de Faches-Thumesnil.

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02