[] []
S’inscrire à l’infolettre :

Intervention de Marie-George Buffet Meeting de la fête de l’Humanité 14 septembre 2008

Publié le 17 septembre 2008

Chers amis, chers camarades,

quelle belle fête de l’Humanité, populaire et festive, combative et inventive, cela donne du courage et de l’espoir. A ceux qui rêvent d’un peuple endormi, de cette fête nous envoyons un message clair : nous sommes mobilisés pour vivre libres, vivre bien. A ceux qui rêvent de peuples soumis, nous donnons à voir d’un monde solidaire et pacifique. A ceux qui veulent s’enrichir en pillant la planète, nous leur disons : « pas touche », la planète ne vous appartient pas !

Ah, si la fête n’existait plus, Mme Parisot et M. Sarkozy pourraient vaquer tranquillement à leurs sinistres affaires ! Mais désolé pour vous. Ici, on se mobilise pour une belle rentrée sociale, on se bat contre votre politique et là on se prépare à vous remplacer vous et votre ultra-droite !


Et si vous comptez sur un « silence radio », c’est pas gagné, car vos amis du bâtiment ou de l’armement, Monsieur le président, n’ont pas encore fait main basse sur tous les médias ! Un journal porte nos combats, nos débats, nos espoirs, c’est l’Huma ! Il doit vivre pour que nos voix portent ! Aussi, je vous fais une proposition. Engageons-nous tous ensemble à gagner dans les semaines à venir des milliers de nouveaux lecteurs au journal de Jaurès. Car contre les libéraux et les financiers, contre les fous de guerre et contre la panne d’idée le bon antidote, c’est l’Huma !

Et en ce moment, on en a besoin d’énergie et d’idées face à ceux qui se prennent pour les maîtres du monde. Prenez les Trichet dans les banques centrales, les Lamy à l’OMC ou les Barroso à Bruxelles. Prenez ces généraux de l’OTAN, ces patrons de multinationales, ajoutez y leurs amis en politique et les rois de l’intoxication médiatique. Quelle équipe ! Copains et coquins, ils veulent tout avoir et nous avoir. Et ils sont tellement sûrs d’eux ! Le monde pourrait s’écrouler devant eux qu’ils continueraient à nous vanter les libres marchés, le droit d’ingérence, la concurrence libre et non faussée. Ces gens-là, ils ne veulent pas voir la guerre et ses morts, l’immense pauvreté et ces hommes et femmes exploités, licenciés, délocalisés, expulsés, violées de par le monde.

Ah si, pardon ! Dans son dernier rapport, la Banque mondiale fait une découverte : « le monde compte un nombre plus élevé de pauvres qu’on ne l’avait pensé… » Observez leur aplomb, ils nous donnent des leçons pour gérer la baisse de notre pouvoir d’achat, mais, avec l’affaire des subprimes, ces brillants gestionnaires ont perdu 945 milliards de dollars selon les calculs du FMI ! Et maintenant la récession menace, tous les indicateurs économiques sont au rouge. Et Mme Lagarde fait l’autruche. Comme toujours, tout va très bien madame la marquise !

La vérité est que leur politique libérale est en échec. La vérité est que le système capitaliste est incapable de répondre aux grands défis du siècle ! Oui, ce sont eux les responsables des crises alimentaires, écologiques, sociales, économiques, démocratiques. Ce sont eux les responsables du désordre mondial et des guerres qui n’en finissent pas. Alors, chers amis, chers camarades, Nous avons mille fois raison de contester ces maîtres du monde. Dans le champ de ruines du capitalisme, les peuples ont raison de vouloir reprendre leur avenir en main. Et il y a urgence ! Mais les idées pour changer ce monde, nous ne les trouverons pas dans les recettes du passé. L’époque est nouvelle. La mondialisation est aujourd’hui réalisée. Et l’humanité prend chaque jour davantage conscience de son destin commun. Loin de nous faire peur, cette évolution peut être une chance, un appel à libérer le monde du joug capitaliste ! Et il ne dépend que de nous d’en faire émerger des réponses et des mobilisations nouvelles !

Ces réponses, c’est donner enfin du corps à l’idée d’un développement durable, un progrès social et écologique partout sur la planète. C’est donner aux peuples le pouvoir d’investir l’argent là où il est utile, là où il crée de la qualité de vie. C’est explorer une nouvelle conception du travail et de l’accès permanent aux connaissances. C’est faire vivre dans le respect de chacune et chacun une vraie égalité de droits. Ces réponses, c’est avancer vers un plus grand partage des pouvoirs et donc une démocratie nouvelle de l’entreprise aux Nations unies. C’est refonder l’Europe avec tous les hommes et les femmes rêvant d’une Europe de la paix, du progrès social et du partage des pouvoirs. Les réponses, c’est aussi lancer le chantier de nouveaux rapports entre les peuples. C’est la lutte pour le droit des peuples en Palestine ; c’est le soutien à nos amis du Venezuela, de Cuba, et aujourd’hui de Bolivie menacés par une oligarchie raciste soutenue par Bush. Et je dis ici que nous ne laisserons pas les dictatures se réinstaller en Amérique latine. Solidarité, solidarité avec les démocrates d’Amérique latine ! C’est tourner la page militaire en Irak et en Afghanistan pour en ouvrir une autre misant sur le développement de ces pays, la démocratisation de leurs institutions, l’aide concrète aux peuples. Et c’est dans cet esprit que nous exigerons, lors de la manifestation du 20 septembre, le retrait des troupes en Afghanistan.

Et ces réponses, c’est aussi agir partout sur la planète pour balayer toutes les injustices, les inégalités et faire éclater toujours plus de coopérations et de solidarité ! Aussi oui prenons cette nouvelle époque à pleines mains.

Car pour les communistes qui agissent pour un monde en partage, c’est un nouvel horizon qui s’ouvre à leur espérance révolutionnaire ! Et quel encouragement à combattre la politique de l’ultra-droite en France et en Europe. On vous fait du chantage : les modernes seraient du côté des réformes de Sarkozy, les ringards défendraient leurs acquis ! Eh bien non, ce qui est ringard ce sont les 14 milliards de cadeaux fiscaux aux plus riches. Ce qui est ringard, c’est la suppression d’onze mille postes de professeurs, la laïcité attaquée, le CNRS démantelé, la télévision publique assujettie, alors que notre temps appelle plus de connaissances, de communications, d’information, de recherche et de culture. Ce qui est ringard ce sont les enfants que l’on expulse à l’aube d’un matin, que l’on fiche à 13 ans, les bénévoles menacés, c’est une France qui se surveille et se replie sur elle-même ! Ce qui est ringard et dangereux, c’est une présidence française de l’Union européenne incapable de se détacher de l’OTAN et sourde au rejet par les peuples de cette Europe libérale. Où est la modernité dans la casse de l’outil industriel, la fermeture des hôpitaux et dans l’obligation faite aux chômeurs d’accepter le premier boulot venu ! Où est l’intérêt du pays quand le Medef défend les matelas des actionnaires et non les entreprises ! Alors, arrêtons à gauche de reculer, d’hésiter, de jouer perso. Prenons l’offensive !

Et les communistes vous proposent de commencer par une question essentielle : le pouvoir d’achat. La droite nous parle heures supplémentaires et d’intéressement. Moi, je vais vous parler d’un mot qui devient tabou en politique. Un mot interdit en Sarkozie. Un mot qui a disparu des 20 heures.

Je vais prononcer un mot qui parle à des générations de salariés et qui évoque la lutte des classes et de grandes conquêtes sociales. Salaires. Je vais vous parler d’augmentation des salaires, des retraites, des qualifications, des contrats de travail, des prix rémunérateurs ! Et pour ne pas être la seule à en parler je vous fais une proposition. Le 27 septembre, le 27 notez cette date dans votre agenda c’est un samedi, je vous donne rendez-vous pour une marche populaire du siège du MEDEF à l’Elysée pour les salaires et les pensions. Oui nous pouvons être des milliers et des milliers à nous faire entendre ce jour là, nous allons leur donner les vraies recettes pour la relance de la croissance et l’emploi ! Et j’appelle les salariés, les retraités, les syndicalistes, les forces de gauche à envahir cette marche. J’appelle tous les élus de gauche à en être aux côtés de leur population.

Et le 27, tous et toutes ensemble, même si les cordons de police nous arrêtent bien avant, à l’Elysée ils entendront le mot salaires ! Et d’autres initiatives viendront. Nous serons avec les députés communistes aux côtés des salariés de l’automobile. Et toutes les forces de gauche doivent être mobilisées contre la privatisation de la Poste avec la pétition commune. Et après 18 mois d’une politique antisociale, injuste, brutale, nous allons lancer l’opération reconquête !

Les amis du président nous le répètent chaque matin. Sarkozy a été élu, alors l’opposition devrait se taire jusqu’en 2012 ! Eh bien nous, on ne veut pas attendre. On veut les faire reculer comme sur le fichier Edvige. Et on ne va pas laisser Sarkozy noyer le poisson. Ce fichier Edvige, il doit être retiré !

Mais on ne va pas attendre non plus pour leur enlever leurs pouvoirs en France et en Europe ! Car pour moi c’est clair ! Oui, nous avons besoin d’une grande mobilisation sociale, rien ne sera possible sans elle. Mais pour que les choses bougent, il est aussi indispensable que vous, les hommes et les femmes de gauche, vous fassiez de nouveau irruption dans le débat politique. Et cela dans un objectif : voir enfin une vraie politique de changement se mettre en place ! Ce défi c’est avec vous que les communistes veulent relever !

Mais... je vous sens sceptiques. Je vous sens sceptiques lorsque que je parle de l’avenir de la gauche, de projet, de majorités. C’est vrai vous avez de sérieuses raisons de l’être !

De la Rochelle aux appels du pied du Modem, de la pénurie d’idée au trop plein d’egos, c’est vrai, on ne peut pas dire que le spectacle de la gauche soit très sexy ! Et alors on demande à être remboursés et on rentre chacun chez soi ? Pour quoi faire ? Pour se laisser bercer au 20h par les boniments d’un François Bayrou ? Allons, il est tellement content de jouer à l’opposant qu’il se voit même en candidat de la gauche ! Vous trouvez qu’il lui va bien, vous, ce déguisement ? Pour quoi faire ? Pour se laisser convaincre, par certains à gauche, que socialisme et libéralisme pourraient se pacser ? Allons, regardons les résultats en Europe : partout la droite pavoise avec de tels mariages. Pour quoi faire ? Pour laisser la droite au château et crier sous leurs balcons ? Ce n‘est pas ce que vous voulez, je le sais ! Vous voulez que ça change vraiment ! Alors comme en 2005 il va falloir que se lève le débat à gauche.

Il va falloir investir le débat ! Rappelez vous ces milliers de réunions, ces débats sur Internet et entre voisins. C’est avec vous, avec vos exigences que nous allons pousser le débat sur les grandes réformes progressistes que vous attendez. Et lutte après lutte, débat après débat, élection après élection, nous construirons les rassemblements nous permettant de compter face à la droite, d’être majoritaires pour la battre et de prendre le pouvoir pour de nouvelles avancées sociales et démocratiques. Et pour cela, créons partout, sur nos lieux de vie et de travail, des espaces de débat et d’action où hommes et femmes de gauche, avec leurs différences, vont se donner les moyens de la riposte et d’un projet commun. Faisons le au niveau local comme au niveau national, une première réunion est déjà prévue, mais aussi au niveau de l’Union européenne.

Créons partout des passerelles entre les progressistes et entre toutes les forces de gauche. Si les citoyens et les citoyennes s’y mettent, si les forces politiques relèvent enfin le défi, alors oui nous allons construire en France comme en Europe des fronts progressistes aptes à balayer les Sarkozy, Berlusconi et Barroso ! Oui on va sortir la gauche de l’ornière. Et pour cela vous pouvez compter sur les militantes et militants communistes, leurs élus, dans votre entreprise jusqu’au Parlement européen ! Un parti communiste en pleine révolution ! En pleine révolution pour faire vivre dans l’action et la gestion toutes nos espérances révolutionnaires ! Cette ambition est intacte. Et c’est parce qu’elle est d’actualité que nous allons transformer le parti qui la porte !

Cette révolution, ce sera donc un passionnant travail pour dessiner dès maintenant un projet pour la France et l’Europe de demain ! Et cela nous le réussirons avec un parti à votre écoute, tout entier tourné vers la recherche de solutions alternatives. Nous le réussirons aussi en nous ouvrant à tous ces hommes et femmes pétris d’une autre histoire, d’une autre culture, d’autres références tout aussi porteuses de progrès. Aussi, je vous invite dès aujourd’hui à rejoindre le parti communiste français ! Et tout cela, nous le réussirons en incarnant les rêves de ces jeunes qui veulent faire de leur passion leur métier. Nous le réussirons en représentant toutes les envies des salariés se battant pour que leur travail, leur recherche, leur créativité servent avant tout leur épanouissement ! Nous le réussirons en étant le parti de tous les hommes et femmes vivant ici, sans papiers et réfugiés ! Nous le réussirons en devenant le parti du féminisme, dans les discours mais aussi maintenant dans chacun de nos actes. Nous le réussirons en devenant un point d’appui de tous ces ouvriers dont le savoir-faire aujourd’hui méprisé pourrait tant servir notre pays. Nous le réussirons en devenant la caisse de résonance de toutes les idées et de toute l’originalité du monde de la culture et des intellectuels. Et chers amis, chers camarades, faisons tout ce travail avec l’ambition de montrer combien toutes vos aspirations ne font qu’une !

Faisons ce travail en sortant des scénarios préatablis ou des histoires bien ficelés qu’on veut nous faire avaler, en misant en toute occasion sur l’intelligence et la liberté ! Faisons-le avec toutes les forces de progrès d’Europe et du monde pour un nouvel internationalisme !

Oui, nous voulons être ce parti dont notre peuple a besoin. Ce parti que tous et toutes ensemble nous pouvons construire pour vous être utiles ! Alors allons-y. Lançons-nous de suite ! Faisons la force qui demain annoncera les grandes victoires. Et, n’oubliez pas, le 27 on marche sur l’Elysée !

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02