[] []
Accueil   >   Mobilisations   >   Ecole

Contre la casse de l’école

S’inscrire à l’infolettre :

une autre politique éducative et sociale

Publié le 15 juin 2010

Le système éducatif français vient en 4 années de subir quelque 50.000 suppressions d’emplois, 16.000 autres sont d’ores et déjà programmées pour 2011. L’école publique est mise à mal par le dogme de la suppression d’un poste de fonctionnaire sur deux, inspiré des logiques libérales du Traité de Lisbonne, imposé aux peuples européens.


Le Président de la République, depuis son arrivée à l’Elysée, a inscrit dans notre pays la réforme générale des politiques publiques (RGPP). Aucun secteur de notre école n’est épargné par cette saignée : moins de professeurs, moins de surveillants, moins de psychologues et d’infirmier(ère)s scolaires, et dans le même temps Luc Chatel, ministre de l’Education Nationale prétend « offrir » aux élèves de seconde 2 heures d’accompagnement individualisé quand les effectifs par classe ne cessent de s’accroître !

L’Etat économise aussi sur la formation des enseignants. Dès la rentrée de septembre des centaines de jeunes stagiaires issus des concours de recrutement vont se retrouver en situation d’enseigner, avec une formation incomplète. Le cynisme le dispute à la brutalité des décisions prises. Le ministre déclare il y a quelques jours, qu’ajouter 1 élève par classe permettrait de « récupérer » 10.000 postes. Décidément Luc Chatel ne maîtrise parfaitement que la soustraction !

La scolarisation des enfants de 2 ans est en recul très net. En dix ans, elle est passée de 34,8 % à 15,20 %. Dans les quartiers populaires cette tendance ne fait qu’aggraver les inégalités criantes au sein de la société française.

Enfin dans le schéma d’emplois 2011/2013 envoyé début mai à l’ensemble des recteurs d’académie, il est recommandé de retenir les seuils d’effectifs suivants : 27 élèves pour les maternelles relevant de l’éducation prioritaire, 32 élèves pour les autres. Ces seuils n’inquiètent pas de la même manière à Neuilly ou dans les quartiers défavorisés.

Les communistes pensent qu’il est temps de mettre fin à cette casse du service public de l’éducation en France et proposent de mettre en débat des mesures nouvelles :

1. Créer un fonds de lutte contre les inégalités.

2. Mettre en place un plan de recrutement massif d’enseignants qualifiés.

3. Consacrer 7% du PIB aux dépenses d’éducation.

4. Garantir une vraie gratuité de l’école en France.

Commenter cet article

1 Commentaire :

Le 25 juin 2012 par dedours christelle
une autre politique éducative et sociale

Créer un fond de lutte contre les inégalités, Yes ! Quelles sont elles ces inégalités ? belle initiative... Inégalités qui comportent aussi le handicap ? Ah cette éducation nationale ! Elle nous créait bien des soucis. Un conseil : avant de programmer quoi que ce soit, changez les personnes qui occupent des postes hiérarchiques élévés, (recteurs, rectrices, inspecteurs, inspectrices ...) et on avancera déjà Grandement dans les inégalités !

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02