[] []

Dans la presse

S’inscrire à l’infolettre :

Julie Czerwinski : « Le communisme propose d’autres façons de se développper »

Article de la Voix du Nord du 29 janvier 2009

Publié le 29 janvier 2009

À la tête des Jeunesses communistes de Lille depuis septembre, Julie Szerwinski est une jeune femme de convictions. Qui oeuvre dans les milieux lycéens et étudiants.

Au début, elle « donnait des coups de main », par-ci, par-là. Et puis, elle a fini par s’engager, « il y a deux ans et demi, de retour d’Angleterre et après la mobilisation contre le Contrat première embauche ». Avec un papa militant communiste depuis plus de trente ans et une maman investie dans l’associatif, Julie est tombée dans la marmite de l’engagement quand elle était petite. « Je garde un très bon souvenir de ma première manifestation à Paris en 1995 », se rappelle l’étudiante en master d’anglais. À l’époque, elle avait 11 ans.


De fil en aiguille, Julie s’investit auprès de l’Union des étudiants communistes de Lille, puis à l’union de ville des Jeunesses communistes. « Je me retrouve dans le communisme et l’anticapitalisme. Ce sont de vraies idées qui proposent d’autres façons de se développer, une Europe des peuples plutôt qu’une Europe de l’économie. » Pourquoi pas LO ? « Trop sectaire dans le fonctionnement du parti, répond-elle du tac au tac.

Avec des idées passéistes qui ne collent pas à la réalité. » Le NPA ? « Ils ratissent large. » Julie argumente sans faiblir sur les prises de position de son parti. À 24 ans, elle est présente aux conseils départemental et national des Jeunesses communistes. Cartée au PCF, elle se sent « plus à l’aise pour l’instant aux Jeunesses, auprès des lycéens, des étudiants et des jeunes travailleurs ». Et si la militante refuse toute idée de hiérarchie, elle reconnaît qu’« être à l’échelon au-dessus permet d’aider au développement du mouvement. On rencontre des camarades de toute la France, on échange nos expériences sur les lycées, les facultés ».

Malgré son fort engagement, elle ne pense pas faire de la politique son métier. Bientôt, Julie sera professeur d’anglais. « Mes parents sont professeurs des écoles. C’est dans les gènes ! », ironise-t-elle. Aujourd’hui, elle participera à la grande manifestation. Et interviendra dans les lycées. « La dernière mobilisation lycéenne a fait reculer le ministre et la réforme. » Alors, elle y va. •

M. CA.

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02