Explosion des factures d’eau dans les logements sociaux à Lille Sud

S’inscrire à l’infolettre :

Les oubliés de la gueguerre Véolia - Suez

Publié le 8 novembre 2014

Le 5 Novembre 2014, les habitants de plusieurs barres HLM de Lille Sud se réunissaient pour échanger autour de l’augmentation des factures d’eau, à l’invitation des communistes du quartier.


La pression était palpable. Non pas celle de l’eau du robinet, mais celle due aux factures qui assomment les locataires. Les témoignages se succèdent et se ressemblent : «  J’ai reçu une première facture de 389€, que j’ai payé cash. La suivante était de 466€, et celle d’après de 540€. Je les ai toutes payées. La dernière facture est de 513€ : je n’ai pas pu la payer. Nous ne vivons qu’à deux et ne prenons pas de bain...  ».

Un habitant de la rue Lazare Garreau, présente sa facture : 887€ pour 6 mois « Nous vivons à trois personnes, cette facture complète les 72€ mensuels versés au même prestataire et ça ne suffit pas ! » . Pour tous, c’est l’incompréhension.

« Quand on appelle pour avoir des explications, on nous envoie balader. Par ailleurs, les factures sont illisibles, personne ne peut comprendre leur mode de calcul. » ajoute à son tour Christian Fleury, Président de l’Association Résidence Sud Avenir

Le montant est d’autant plus incomprénhesible que la qualitée du service apporté est médiocre. «  Il faut attendre plusieurs minutes pour obtenir de l’eau chaude  » ajoute une locataire. « Samedi, nous n’en avons pas eu pendant plusieurs heures » rétorque une autre.

Infractions et incohérences cohabitent sur les factures

Hugo Vandamme, secrétaire de la cellule PCF de Lille Sud et co-organisateur de la rencontre, note pourtant l’importance du montant prélevé sur les factures pour l’entretien du réseau. Ce ne sera pas la seule incohérence relevée lors de la soirée.

Daniel Despinoy, représentant la Confédération nationale du logement, remarque rapidement le caractère irrecevable de certaines factures : « Celle-ci n’indique pas la période de consommation facturée » .

La situation ne lui est pas inconnue puisque la même société exerce des pratiques similaires dans d’autres quartiers. Gérard, lui aussi militant à la CNL, présente les revendications élaborées à Wattignies, pour obtenir des factures lisibles.

GIF

Comprendre pour agir

Pierre-Yves Pira, representant le collectif EAU de Lille apporte des éléments de contexte pour comprendre la situation : « Comment se fait-il qu’Océa, filiale de la société des eaux du Nord, surfacture un service d’approvisionnement de l’eau déjà facturé par... la société des eaux du Nord ? Par ce processus, ce qui devrait être un bien commun est facturée plusieurs fois aux habitants des logements sociaux. ».

Une voisine propriétaire venue soutenir la démarche, confirme que ses factures d’eau sont 2 à 3 fois moins chère.

Dans ce contexte, la pétition pour le retour en régie publique et la gratuité des premiers mètres cube d’eau [1] est plébiscitée par les participants.

Continuer ensemble et rassembler davantage encore.

Un prochain rendez-vous est retenu le mercredi 17 décembre. L’objectif est de réunir davantage de factures, de les analyser et de dénoncer les abus que subissent les habitants.

Une prochaine initiative médiatique sera programmée où sera présenté des revendications communes.

Notes :

[1Vous pouvez signer la pétition ici

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02