[] []

Liberté Hebdo

S’inscrire à l’infolettre :

Trois questions à Charles Beauchamp sur la gestion de l’eau

Publié le 29 juin 2008

Charles Beauchamp, Conseiller général PCF, Président de la Commission environnement du Conseil général, membre du Conseil d’administration de l’Agence de l’Eau Artois Picardie :

« Une fois de plus, les multinationales de l’Eau sont épargnées. »


Vous pouvez nous rappeler l’origine du questionnaire distribué aux habitants du Nord par l’Agence de l’Eau Artois Picardie ?

C.B. - L’eau, sa préservation, sa gestion sont un enjeu du 21° siècle. La directive européenne sur l’Eau impose aux membres de l’Union de mettre en œuvre un programme d’actions visant à atteindre pour l’eau le bon état écologique au plus tôt en 2015, au plus tard en 2027. Pour le bassin Artois Picardie, le montant de ce programme est estimé à 4,7milliards d’euros. La directive européenne impose aussi la consultation du public. C’est ce qu’a engagé l’Agence de l’Eau avec le questionnaire transmis aux habitants du bassin Artois Picardie, à la demande du Ministère de l’Ecologie.

On suppose que cette opération a un coût…

C.B. - Cette opération, en effet, n’est pas neutre pour le budget de l’Agence de l’Eau puisqu’elle s’élève à près d’un million d’euros.

Vous êtes contre ?

C.B. - Nul ne peut contester le bien fondé de l’objectif de bon état écologique. Mais, car il ya un mais, le texte européen transcrit en droit français par la loi du 21 avril 2004 n’apporte pas les moyens financiers pour y parvenir. Le questionnaire propose d’ailleurs comme seule source de financement une augmentation annuelle de la facture d’eau de 30 euros pour atteindre le bon état écologique en 2027, et même une augmentation plus forte pour des actions plus rapides. Le procédé utilisé est inquiétant et même pervers. Une fois de plus, les habitants, dont le pouvoir d’achat diminue de jour en jour, vont devoir supporter les conséquences financières d’une directive de l’Europe. C’est pourtant à cette Europe là qu’ils ont dit Non le 29 mai 2005 à une très forte majorité.

Autrement dit, ce questionnaire vise surtout à convaincre que les usagers doivent payer encore plus cher, et eux seuls… ?

C.B. - Une fois de plus en effet, les multinationales de l’Eau -Veolia, Suez, Saur- ne seront pas mises à contribution pour atteindre le bon état écologique. Elles réalisent pourtant des profits exorbitants avec la marchandisation de l’eau. Si la participation financière des multinationales n’est pas prévue dans le questionnaire, les habitants peuvent s’emparer de ce débat afin de faire remonter cette juste exigence. C’est ce que j’ai fait à titre personnel. Et j’invite chacun à s’exprimer de même.

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02