conseil communal de Lomme

S’inscrire à l’infolettre :

Une politique indifférente aux besoins sociaux !

Publié le 7 juillet 2009

De nombreux Lommois et lommoises risquent de ne pas être épargnés . Alors que les effets de la crise du logement s’élargissent et mettent en difficulté non seulement les personnes les plus fragiles et les jeunes qui entrent sur le marché du travail, mais aussi, et de plus en plus, des salariés modestes et des ménages relevant des couchent moyennes, ainsi que des personnes âgées qui sont elles aussi touchées par la précarité et le seront davantage demain ; alors que les écarts de richesses se creusent, le gouvernement semble privilégier la fiction d’une société Française constituée d’une vaste classe moyenne aisée en ascension sociale.


Il faudrait faire preuve d’un aveuglement coupable pour imaginer que la crise se circonscrit aux ménages les plus fragiles, ne concerne que les plus pauvres et les exclus et peut-être traitée dans le cadre de mesures spécifiques relevant de l’urgence.

Malgré les alertes sociales, la politique du logement n’a toujours pas apporté de réponses satisfaisantes à la crise.

Qu’il suffit pour répondre aux besoins aux attentes de la population, de réserver le parc locatif social aux ménages les plus modestes et de laisser faire le marché pour les autres.

Malgré les alertes sociales, malgré les interpellations portées par le secteur associatif, le monde H L M ou des représentants des collectivités locales confrontées aux difficultés grandissantes qu’éprouvent un nombre croissant de ménages pour se loger( ou simplement pour s’y maintenir quand surviennent les aléas ), la politique gouvernementale du logement n’a toujours pas apporté de réponses satisfaisantes à la crise.

Pire encore elle semble prolonger les erreurs du passé en ne remettant pas en cause les mesures qui conduisent à privilégier l’offre la plus chère sur tous le marché et à accentuer ainsi le décalage avec la demande sociale.

Il en est ainsi du développement de la construction de logements sociaux financés en P L S ( prêt locatif sociaux) . il en est de même également du soutien maintenu à l’investissement locatif privé ( Derobien, Borloo ) qui est coûteux pour les finances publiques et socialement inadapté . Il en est ainsi , enfin pour les aides personnelles au logement (APL) qui ont perdu de leur capacité à assurer la solvabilisation des ménages ( plus de moins 20% en 6 ans) .

La politique du logement qui est menée par ce gouvernement est non seulement aveugle et sourd aux besoins sociaux, mais elle est aussi indifférente aux souffrances de ceux qui ne peuvent accéder à un logement ou s’y maintenir dans des conditions dignes !

le Groupe Communiste : Muriel Clerbout, Jean-Pierre Staelens, Thomas Caron

Commenter cet article

1 Commentaire :

Le 11 octobre 2010 par STAELENS JEAN-PIERRE
Un voeu d’urgence qui sera présenté au prochain conseil communal de Lomme le jeudi 14 Octobre !

Non au hold-up de l’Etat sur les HLM. Voici la déclaration qui sera faite.

Dans le projet de loi de finances pour 2011, le gouvernement prévoit de prélever 340 millions d’euros chaque année entre 2011 et 2013 sur les organismes HLM. Ce hold-up de 1 milliard d’euros, qui représente une taxe de 2,5% des loyers collectés, mettrait durablement en cause les actions de ces organismes. Une fois de plus l’Etat organise une ponction, comme il l’a déjà fait pour le 1% logement, lui permettant de se désengager d’autant de ses obligations de financement du logement social. En clair, le budget du lgt social passerait de 630 à 500e en 2011. Acela s’ajouterait la ponction de 340 millions e et de fait l’Etat ne financerait plus que 160 millions d’euros.Le chiffre de 60 millions E est même avancé pour 2013. La réalité, c’est une diminution drastique des moyens du lgt social.Le financement des aides à la pierre ne serait ainsi plus assuré par la solidarité nationale mais uniquement par le lgt social et notamment par les locataires.L’offre nouvelle de lgt ; l’amélioration de l’habitat et les remises aux normes énergétiques seront automatiquement impactées.L’union Social de l’Habitat ( USH) estime que cette taxe fera baisser de 20.000 la construction de lgts.Au moment ou nous vivons une crise du lgt sans précédent qui ne fait que s’agraver, ou le nombre de demandeurs reste relativement important près de (1000 sur notre commune), ou les difficultés pour le paiement des loyers s’alourdissent, on peut laisser passer une mesure qui représenterait une augmentation de 80 euros par et par locataire. En effet les premières victimes en seraient les familles modestes, ainsi que les locataires ou demandeurs de logement social.Ces dispositions sont d’ailleurs refusées par de nombreux HLM comme vient de kle rappeler le congrès de l’USH qui s’est tenu à Strasbourg dernièrement EN CONSEQUENCE, le conseil communal demande : que le gouvernement renonce à ce projet de désengagement et injecte dans le lgt social les moyens financiers nécessaires à ses missions

Pour le Groupe Communiste J-P STAELENS

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02