S’inscrire à l’infolettre :

Semaine scolaire : se poser des questions de fond

Publié le 10 juin 2009

Pendant un petit temps, la question de passer à 4 jours 1/2 d’école par semaine à Lille aura fait débattre parents d’élèves, enseignants, directeurs d’école, élus... Tant de questions de fond soulevées ! et tant de pistes qui s’opposent à ce que le gouvernement est en train de mettre en place !

Intervention de Sylviane Delacroix lors du Conseil Municipal du lundi 18 mai 2009


Madame Le Maire, Cher-e-s Collègues,

Le débat sur l’organisation de la semaine scolaire place au cœur des préoccupations de la cité, l’enfant, son présent et son devenir : c’est un débat essentiel dont les forces vives ont été privées lorsque, de manière autoritaire et unilatérale, le Ministre DARCOS a imposé la semaine de quatre jours.

Les parents et personnels des 84 écoles de Lille et la municipalité n’ont pu, alors, que prendre acte et s’adapter à ce dicktat. Aujourd’hui, la parole se libère et c’est un premier acquis.

Le débat mené depuis plusieurs semaines sur le rythme et le temps est un débat essentiel qui ne peut se clore tant que l’ensemble des possibles n’a pu être pris en compte.

Quel rythme hebdomadaire dans l’intérêt de l’enfant ? Quelle pause méridienne, que cette interpellation fût quantitative ou qualitative ? Quel encadrement en dehors des enseignements ? Quels locaux pour quelles activités ? Quels projets et quelle pérennité pour les dispositifs périscolaires ? Autant d’interrogations soulevées, avec l’exigence que chacun reste dans son domaine de compétence. Ce débat, vous nous l’avez dit, doit se poursuivre et les questions posées méritent, effectivement, que nous prenions le temps d’élaborer des réponses de qualité avec l’ensemble des publics et des acteurs concernés, en créant les conditions pour chaque petite lilloise et petit lillois puisse être accompagné au mieux durant sa scolarité, pour aller au maximum de ses possibilités et, avec le souci constant, d’être au plus près des enfants les plus fragiles et les plus vulnérables.

Le grand absent, à ce jour, sur cette réflexion qui ne relève pas spécifiquement de notre responsabilité, reste l’Education Nationale et nous ne pouvons qu’être inquiets et, je dirais même, méfiants au regard d’un Ministre, dont la dualité, certains diraient la duplicité, semble la marque de fabrique :

 un Ministre qui prétend être favorable à la semaine continue sur neuf demi-journées alors que c’est lui qui, de fait, a imposé la généralisation de la semaine de quatre jours,

 un Ministre qui prétend prendre en charge la difficulté scolaire et a supprimé les postes qui y sont dédiés, ceux des RASED,

 un Ministre qui aujourd’hui, et, nous devrons être vigilants, après, avoir fait, en surface, amende honorable sur ces propos aberrants concernant l’école maternelle soutient les propositions de Madame MORANO que nous ne pouvons exclure de notre réflexion d’aujourd’hui et celles qui suivront.

Je veux parler vous l’aurez compris de l’expérimentation des jardins d’éveil qui n’auront rien d’extraordinaires puisqu’ils visent :

 à retarder l’âge de l’accès à l’école maternelle,

 à supprimer près deux fois plus de postes dans les écoles que ceux qui seront créés au titre de ce dispositif ,

 et à reporter sur les familles et les collectivités une part significative d’une dépense qui, à ce jour, émarge au budget de l’Education.

Voilà, cher-e-s Collègues les réflexions que nous voulions amener, pour le groupe communiste, dans ce débat.

Je vous remercie de votre attention.

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02