Communiqué du groupe communiste sur le travail du dimanche

S’inscrire à l’infolettre :

Les élus communistes alertent les lillois de ce qui les attend en réalité.

Publié le 9 juillet 2009

Hier, à l’Assemblée Nationale, les débat sur la proposition de loi visant à déroger au principe du repos dominical ont commencé. Lille est dans la ligne de mire de ce projet de loi.

Le gouvernement persiste à casser pan par pan les piliers de notre République sociale et du code du travail : la retraite, les jours fériés, la durée du temps de travail, les congés maladie ou maternité, tout est attaqué. La question du travail du dimanche n’est pas une loi isolée : il faut la replacer dans son contexte plus global de casse sociale.

Si le repos dominical est, dans notre droit, érigé en principe d’ordre public, c’est parce que, pour l’équilibre d’une société, il est nécessaire d’avoir un jour consacré au repos collectif, à la famille, aux amis, d’un jour qui déroge aux règles de l’échange marchand et permet les pratiques culturelles et sportives, à la vie associative.

Le prétendu volontariat est un leurre : imagine-t-on un jeune entrant sur le marché du travail refusant de travailler le dimanche ou un employé refusant à son patron de renoncer à sa pause dominicale sans qu’il ne soit pénalisé derrière ?

Enfin, nous condamnons la manière dont cette loi a été préparée. Aucune négociation préalable avec et entre les partenaires sociaux ne s’est tenue, aucun avis n’a été sollicité, ni des salariés concernés, ni de sociologues, ni d’économistes, ni de politiques locaux et nationaux, ni d’associations de consommateurs. De même, il n’y a pas eu d’étude préalable relative à l’impact économique, social ou environnemental de cette loi. Pourquoi ?

Au-delà de l’impact social, nous craignons que cette nouvelle loi allonge la liste déjà grande des emplois détruits, notamment dans l’artisanat et le petit commerce qui ne pourront suivre le rythme des grandes surfaces, nombreuses dans notre agglomération. S’il y a créations d’emplois, elles ne pourront compenser les postes supprimés ailleurs. Quant aux types d’emplois qui seront créés, nous craignons qu’il ne s’agisse exclusivement d’emplois précaires.

Salaires médiocres, horaires sans limites, travail 7 jours sur 7,… L’ouverture des magasins le dimanche dans les zones touristiques n’est qu’un prétexte. L’argent qu’un ménage possède et donc dépense est limité ; il ne s’accroîtra pas avec l’ouverture des magasins le dimanche. Les Lillois et les Lilloises ont donc tout à perdre avec cette loi, à commencer par leur vie de famille et leurs loisirs.

Pour les Elu-e-s Communistes de LILLE Michelle Demessine Présidente du groupe

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02