S’inscrire à l’infolettre :

Modification des normes de stationnement pour les logements sociaux

Publié le 21 octobre 2011

A l’occasion du Conseil municipal du 14 octobre 2011, Sylviane DELACROIX explique les raisons qui ont poussé le Groupe communiste à voter contre la délibération visant à quasiment diviser par deux le nombre de places de stationnement prévues pour les logements sociaux. En effet, Sylviane DELACROIX estime que cette décision, légitimée par le contexte d’accroissement d


Si elle est empreinte d’une véritable problématique, celle de la place réservée au stationnement résidentiel, cette délibération interpelle notre groupe.

La question est vraiment celle du stationnement résidentiel et je crois qu’il y aurait erreur à confondre l’ensemble des problématiques liées au stationnement. Maîtriser l’espace urbain et la densité de la ville est à la fois utile et nécessaire. Cependant, nous souhaiterions plus d’éléments sur la « sur-offre » de stationnement à long terme, décrite dans la délibération, qui n’est peut-être, en tout cas, me semble-t-il, qu’une offre de stationnement inadaptée aux besoins des résidents.

Il nous est proposé d’adopter un texte qui aujourd’hui nous semble poser plus de problèmes qu’il n’en résout.

La solution préconisée consiste à accentuer une politique à deux vitesses en réajustant les normes plus pénalisantes pour les logements sociaux (résidences sociales, logements pour personnes âgées et foyers logements étudiants) que pour le logement privé.

Elle se fonde sur un caractère social et nous pensons que les locataires ciblés sont justement celles et ceux qui auront le plus de difficultés à louer un garage et à acquitter les charges qui en découlent.

Elle s’inscrit aussi dans un contexte dans lequel nous vivons aujourd’hui, de grandes inégalités sociales et auquel nous ne voulons en aucun cas nous résigner.

Les logements construits ne le sont pas pour dix ans. Et sans forcément rêver de lendemains qui chantent, nous ne voulons pas renoncer à ce qu’une plus juste répartition des richesses n’ouvre d’autres horizons aux habitants qui résideront dans ces logements.

Enfin, nous ne pouvons que nous interroger sur la disparition, dans la délibération, lorsque l’on passe des normes actuelles aux normes qui s’appliqueraient, des places concernant les logements des personnes handicapées mais je ne doute pas que je serai rassurée sur ce sujet qui devraient être à nos yeux être abondées compte tenu des besoins et de l’évolution de la réglementation pour l’accès à ce droit et ce, notamment, au regard du vieillissement de la population.

Notre groupe ne pourra donc pas voter en l’état cette délibération.

Si nous ne contestons pas l’intérêt d’une réflexion sur ce sujet pouvant mener à une modification des normes actuelles, cette réflexion se doit d’être plus approfondie et de tenir compte de paramètres plus fiables que ceux qui nous présentés.

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02