conseil municipal du 1er février 2010

S’inscrire à l’infolettre :

Lutte contre les discriminations : Intervention d’Hugo Vandamme

Publié le 2 février 2010

Le groupe communiste votera favorablement cette délibération portant le Plan de Lutte contre les discriminations de la Ville de Lille. Nous le ferons pour deux raisons principales :

1.On trouve dans ce plan des actions cohérentes et positives en rapports avec les besoins de la situation.

2.Nous souhaitons participer au renversement des préjuger, démontrer et démonter les représentations qui fondent un grand nombre de discriminations.

Cependant, au delà du vote, nous tenons à affirmer ce que nous, communistes, voulons.

Tout d’abord, nous sommes favorables à la mise en place d’un plan d’action de lutte contre les discriminations. Bien que cela soit un thème transversal, nous savons tous que ne pas le traiter de manière particulière serait un bon moyen de ne rien faire du tout. En tant que citoyen ou élus de la ville, nous sommes témoins d’un grand nombre de discriminations, dont sont victimes en particulier, des citoyens dont les familles immigré, le plus souvent ouvrières, ont aidé à reconstruire et développer notre pays.

Dès l’introduction, il est écrit : « il est impératif de faire de la lutte contre toutes les formes de discrimination et de valorisation de la diversité un chantier prioritaire devant susciter une mobilisation exceptionnelle. » Or, les discriminations par l’apparence physique, les opinions politiques, l’âge ou l’orientation sexuelle sont absent de ce plan d’action. Mais, nous adhérons à l’idée de lutter contre les discriminations dont sont victimes les citoyens étrangers ou d’origines étrangères, comme le veut ce plan. Ce qui aurait dû, selon nous être écrit.

Mais surtout, nous aurions souhaité que soit précisé en introduction, l’orientation politique dans laquelle s’inscrit ce plan. Bien entendu, nous n’attendons pas que cette orientation politique soit consensuelle, mais véritablement audacieuse, nous pourrions dire de gauche. En claire, c’est bien dans une volonté de lutter contre les inégalités et contre les injustices que nous nous engageons contre les discriminations. Nous ne nous engageons pas pour offrir de la chance pour tous, mais bien pour une application de l’égalité des droits pour tous.

Nous sommes également très vigilants sur l’usage du mot diversité. Il ne faudrait pas, au nom de la lutte contre les discriminations, chercher à supprimer des distinctions qui n’ont pas lieu d’être, observées par le droits (et donc pas par un employeur ou un bailleur par exemple), pour au final les distinguer autrement au nom de la diversité. C’est exactement la politique menée par Nicolas Sarkozy qui prône à tout va, la « Diversité » sans jamais s’attaquer aux inégalités.

Nous pouvons d’ailleurs observer ce qui a été fait en matière de lutte contre les discriminations depuis une dizaine d’année. Nous avons vue plus de diversité au gouvernement avec des ministres tel que Rama Yade ou Azouz Begag. Nous devons noter que Laurence Parisot est à la Tête du MEDEF (chose totalement impensable il y a encore quelques années). Mais parallèlement à ça. Les inégalités ont continué à croître. Dans les quartiers populaires, la vie des gens, noirs ou blanc n’a pas changé. Bien sur, personne et nous compris ne s’oppose à ce qu’il y ait davantage de diversité dans nos élites. Mais notre priorité est avant tout de réduire les inégalités et ainsi d’améliorer la vie des milieux populaires.

Walter Benn Michaels, en observant les politiques menées en France et aux Etats-Unis, conclut dans son livre La diversité contre l’égalité, « La diversité n’est pas un moyen d’instaurer l’égalité ; c’est une méthode de gestion de l’inégalité. ».

Nous serons très clairs. Cela, nous n’en voulons pas. Nous luttons contre les discriminations et les inégalités. Enfin, parce que politiquement nous sommes plus proche des Black Panthers que de Yasid ZABEG et Laurence PARISOT, nous vous rappelons cette phrase de Bobby SEALE, cofondateur du Black Panther Party : « Ceux qui espèrent obscurcir notre combat en insistant sur les différences ethniques aident au maintien de l’exploitation des masses, c’est-à-dire des Blancs pauvres, des Noirs pauvres, des Hispaniques, Indiens, Chinois et Japonais pauvres, bref, de l’ensemble des travailleurs. » Pour Seale, les choses étaient claires : « Nous ne combattrons pas l’exploitation capitaliste par un capitalisme noir. Nous combattrons le capitalisme par le socialisme. »

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02