[] []

120 000 à la Bastille

S’inscrire à l’infolettre :

Mélenchon : « Nous allons faire de cette élection une insurrection civique »

Publié le 20 mars 2012

Devant des dizaines de milliers de partisans, ce dimanche, place de la Bastille, le candidat du Front de Gauche Jean-Luc Mélenchon a promis de faire de l’élection présidentielle le point de départ d’une « insurrection civique », déplorant une « France défigurée par les inégalités ».

« Génie de la Bastille qui culmine sur cette place, nous voici de retour, le peuple des révolutions et des rébellions en France. Nous sommes le drapeau rouge ! » a clamé Jean-Luc Mélenchon, au terme de sa grande journée pour la VIe République, marquée par une longue marche festive dans Paris avec plus de 60.000 participants. « Nous allons faire de cette élection une insurrection civique », a poursuivi le candidat FG, toujours à la hausse dans les sondages.


« Ouvrir une brèche qu’attend toute l’Europe »

Pour le candidat du Front de gauche, le 22 avril (date du 1er tour) marquerait le début de « la révolution citoyenne qu’il est nécessaire d’accomplir pour changer en profondeur la vie du peuple (...) et ouvrir la brèche qu’attend toute l’Europe de son volcan français. Nous sommes venus au bon endroit, à la bonne date. »

Replaçant son propos dans le contexte de la crise à l’échelle européenne et s’adressant « au peuple grec, aux Espagnols, aux Portugais, aux Italiens, à tous ceux qui ont pour l’instant sur leur tête le poids de l’oppression », le porteur du programme partagé a clamé : « La souveraineté du peuple, telle est la grande question qui va dorénavant occuper toute l’Europe... Il nous faut aujourd’hui, dans cette France défigurée par les inégalités (...), tourner la page une nouvelle fois de l’Ancien Régime (...) pour refonder la République, de refonder la France elle-même ».

« Constituante et Citoyenneté en entreprise »

A ce titre, il a appelé à la formation d’une « Constituante », qui devra être « strictement paritaire » pour poser les fondations de cette VIe République. Jean-Luc Mélenchon a aussi prôné « l’établissement de la citoyenneté en entreprise », avant de promettre l’extension « à toutes les terres françaises » de la loi de 1905 sur la laïcité et le « droit de décider de sa propre fin et d’être assisté quand on le décide ».

Avant que ne retentissent L’Internationale et La Marseillaise, il a conclu son discours en lançant « Vive la sociale ! », slogan contestataire qui a aussi été le titre d’un film de Gérard Mordillat de 1983.

Pierre Laurent : « Le Front de gauche bouscule les pronostics »

l’Humanité, le 16 Mars 2012

18 mars, reprenons la Bastille, jour J. Pour le secrétaire national du PCF et président du conseil de campagne, Pierre Laurent, «  la progression du Front de gauche est une garantie de victoire pour la gauche  ». Entretien.

Maintenant que la candidature de Jean-Luc Mélenchon est créditée de plus de 10 % d’intentions de vote, la marche du 18 mars peut-elle être un point de basculement dans la campagne ?

Pierre Laurent. Oui, d’autant que 
nous sommes déjà dans une phase nouvelle de la campagne qui n’était pas prévue dans le scénario idéal 
de certains. Et c’est le Front de gauche qui bouscule ces pronostics grâce à sa campagne de propositions et de mobilisations. Des millions 
de citoyens en prennent conscience 
et en font l’expérience. Notre campagne est la plus combative 
pour assurer la défaite de Nicolas Sarkozy, elle est la plus utile 
pour barrer la route au FN 
et la plus efficace pour garantir 
les engagements et les conditions d’une politique de gauche au lendemain de la victoire. L’espoir 
de changement de millions 
de femmes et d’hommes est en train de se concrétiser. Le Front de gauche joue définitivement dans le haut 
du tableau de l’élection présidentielle et la barre des 10 % franchie dans les enquêtes d’opinion est pour nous un palier pour progresser encore dans la dernière ligne droite de la campagne.

Est-ce à dire, selon vous, que l’ordre d’arrivée des candidats au premier tour n’est pas fixé ?

Pierre Laurent. En aucun cas. 
Et, quant à nous, nous ne nous sommes jamais fixé de limite. 
Nous savions qu’il existe un immense désir de se débarrasser de Nicolas Sarkozy et de sa politique, mais 
qu’en même temps, les gens doutaient de la possibilité de transformer 
ce désir en projet de changement réel et durable. Le Front de gauche est en train de donner corps à cet espoir. Des jeunes, des salariés entrent dans cette dernière phase de campagne avec un état d’esprit conquérant. Désormais, grâce au Front 
de gauche, une très large victoire 
de la gauche, porteuse de perspectives de changement réel, est possible. Cela modifie la manière dont beaucoup d’électeurs vont se déterminer.

L’équipe de François Hollande 
ressort l’argument du «  vote utile  », 
en s’appuyant sur la remontée 
de Nicolas Sarkozy dans les sondages, pour appeler les électeurs de gauche 
à le rallier dès le premier tour. 
La progression de Jean-Luc Mélenchon gêne-t-elle François Hollande ?

Pierre Laurent. La progression 
du Front de gauche est au contraire une garantie de victoire pour 
la gauche. Et s’il y a une leçon à tirer du succès de notre campagne 
pour tous les candidats de gauche, c’est que la clarté des engagements est un facteur de mobilisation. 
On voit bien que, poussé par le Front de gauche, les engagements nouveaux du candidat socialiste en faveur d’une taxe sur les riches provoquent un élan mobilisateur à gauche. Il faut donc persévérer dans ce sens d’autant 
que le président sortant est, lui, décidé à frapper durement les salariés jusque dans ses dernières décisions.

Quel sera le message commun 
à tous les participants de la marche 
de dimanche ?

Pierre Laurent. Notre campagne vise une mise en mouvement populaire 
et citoyenne porteuse de l’exigence de pouvoirs nouveaux pour les salariés dans les entreprises et pour les citoyens dans les territoires, et pour leurs élus. Cette marche sera aussi 
le signe que nous voulons garantir 
la victoire par l’irruption permanente des citoyens et des salariés sur la scène politique. Le Front de gauche est en train de devenir cette force citoyenne et populaire dont la gauche a besoin.

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02