[] []
Accueil   >   Elections   >   Municipales 2014

Dans la presse

S’inscrire à l’infolettre :

Hugo Vandamme, chef de file du PCF aux municipales de Lille

Publié le 11 octobre 2013

Hugo Vandamme a été désigné comme chef de file pour les municipales par les militants communistes lillois.

Ci dessous l’article de la Voix du Nord du 11 octobre :

"Les communistes lillois ont désigné leur nouveau chef de file : Hugo Vandamme. L’actuel conseiller de 33 ans se sent d’attaque pour un second mandat. À six mois des municipales, sur la question d’une liste PC-Front de gauche, autonome du PS au premier tour, les communistes lillois continuent de parler au conditionnel. Reste que leur discours est un véritable coup de pression sur Martine Aubry et son équipe.


C’est à l’unanimité (100 % des suffrages, une soixantaine de votants) qu’Hugo Vandamme vient d’être désigné par les militants communistes comme nouveau chef de file de la section lilloise du parti. C’est donc lui qui portera, au nom des « 300 militants » qui composent le groupe, le discours et les thèmes de campagne des six mois à venir. Chef de file veut-il dire tête de liste ? Pas si vite, répondent les communistes lillois. Car pour eux, entrer en campagne ne se résume pas à des discussions avec les composantes politiques de gauche, et à des calculs pour avoir quatre, six ou davantage d’élus, c’est « d’abord s’adresser à tous les Lillois qui ont le cœur à gauche », déclare Joseph Demeulemeester, secrétaire de section.

« Pas une évidence »

Le PC lillois veut se donner du temps car, pour la formation qui a toujours fait cause commune avec le PS aux municipales, les points de discorde, cette fois-ci, se cumulent. D’abord au niveau national : baisse des dotations de l’État (moins 4,5 milliards d’euros d’ici 2015), hausse de l’imposition pour « trop de gens dont les revenus n’augmentent pas », politique logement (avec le gel de l’APL), réforme des retraites, tarification « en cascade »… Et au niveau local : une absence de signes de désapprobation de la politique Hollande, une « absence de réponses sur de nombreux points », une « volonté de ne pas être clair » au sujet du MoDem… « Dans ce contexte, une liste d’alliance avec le PS n’est pas une évidence au premier tour », explique sobrement Joseph Demeulemeester.

Pas une évidence d’autant que le PC lillois a déjà engagé un travail sur une idée de liste avec le Front de gauche. « Les discussions portent sur les grands axes, sur le fond, sur la finalité de la campagne », avance le secrétaire de la section lilloise. « On a déjà fait quatre campagnes ensemble, régionales, européennes, présidentielle, et législatives », souligne Sylviane Delacroix, adjointe. Et puis, « sur plein de combats et d’actions, on est ensemble, l’audience du Front de gauche s’installe à Lille », affirme Hugo Vandamme.

Le jeune homme de 33 ans est entré au conseil municipal en 2008. Sur bien des questions, et notamment l’emploi (il est salarié de la Maison de l’emploi), il s’est montré offensif et a su faire entendre une voix parfois discordante, qui allait à contre-courant des socialistes. Ce fut flagrant sur le dossier b’Twin au Petit Maroc, ça l’est encore sur les emplois d’avenir. Le style Vandamme n’a rien à voir avec la consensuelle Michelle Demessine, proche de Martine Aubry (lire également ci-dessous). Avec Sylviane Delacroix, elle aussi très offensive, et toujours militante, le ton est donné, le changement se dessine.

Des réunions ouvertes à tous

La suite ? « On a deux options, résume Joseph Demeulemeester. Soit décliner localement la politique de rigueur, soit construire une ville contre l’austérité. » Le choix de la seconde option se décline déjà depuis quelques mois : sous la houlette d’Hugo Vandamme, des assemblées citoyennes ont été tenues et vont continuer à l’être. « Nous voulons mettre nos propositions dans le débat public, affirme-t-il. C’est l’une des bonnes manières de combattre l’abstention. Nous lançons un large appel aux Lillois à se mêler de politique ! » De nombreuses réunions ouvertes à tous vont rythmer les mois qui viennent pour « enrichir et finaliser un programme ». « Nous voulons développer la démocratie participative et répondre aux besoins des Lillois. » Ces besoins se trouvent dans le quotidien : le logement, la lutte contre l’insalubrité, contre « la marchandisation des services », pour un service public fort (eau, transports, stationnement, suivis de travaux, etc.). Sur l’emploi, le chef de file veut « une collectivité qui soit aux côtés des salariés qui luttent », qui soutienne le commerce local.

« Si le PS nous dit, on peut répondre à tout ça… » La phrase reste en suspens. Gageons que Martine Aubry et son équipe, qui voient d’un mauvais œil tout éparpillement des voix de gauche au premier tour, prendront très au sérieux ces réflexions. "

SF

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02