[] []
Accueil   >   Elections   >   Cantonales 2011

Dans la presse

S’inscrire à l’infolettre :

Un Front de gauche uni présente ses « candidats combatifs » pour le Nord

Publié le 31 janvier 2011

(Voix du Nord du 31/01/11) Dans chacun des 40 cantons renouvelables du département du Nord, le 20 mars, il y aura un candidat Front de gauche.

Au conseil général du Nord, le groupe communiste est actuellement la troisième force avec 12 élus. « Nous sommes la minorité de la majorité (de gauche) », résume Charles Beauchamp, le président du groupe. Comme 39 autres cantons (sur 79), le sien est renouvelable. En tout, cinq élus communistes remettent leur mandat en jeu.


Tous repartent, sauf René Cher, le maire de Raismes, élu depuis 1985, mais qui, à 75 ans, préfère « laisser la place aux jeunes ». Fabien Roussel, le secrétaire fédéral du Nord du PCF, espère au moins conserver ces sièges, mais il aimerait un peu plus : « Nous ciblons 12 cantons où nous estimons qu’il y a pour nous un enjeu. »

Onze non-cartés

À la différence des élections de 2004 (où les communistes avaient obtenu 12,59 % des voix), les candidats se présenteront, comme aux élections régionales, sous l’étiquette Front de gauche, soit le PCF allié au Parti de gauche (PG) de Jean-Luc Mélenchon. Mais dans les faits, il n’y aura qu’un candidat et un suppléant PG sur les 40 cantons. « Nous ne demandions pas plus », assure Marc Dolez, député et cofondateur du Parti de gauche. Dans le Nord, le PCF est si bien implanté qu’il n’y avait pas à discuter. Ce qui explique que, contrairement à d’autres départements, tous se présentent sous cette bannière du Front de gauche.

Autre particularité, onze candidats ne sont cartés ni à l’un ni à l’autre des partis. Et ainsi on retrouve des personnalités du monde syndical ou associatif : Roland Diagne, le porte-parole des sans-papiers, qui se présente dans le canton de Villeneuve-d’Ascq Nord, Patrick Delfosse, secrétaire régional de la CGT cheminots, à Bailleul Nord-Est, ou Valérie Pringuez, déjà conseillère régionale et syndicaliste chez Pimkie, à Roubaix Centre.

Des « candidats combatifs », milite Alain Bocquet, député-maire de Saint-Amand-les-Eaux. « Les cantonales, c’est le premier tour de l’élection présidentielle. »

LD

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02