S’inscrire à l’infolettre :

Une lettre à François Fillon écrite de la main gauche

Publié le 28 novembre 2011

Voix du Nord, 21.11.2011 Les sept parlementaires communistes et Parti de gauche de la région viennent d’écrire à François Fillon. ...

Au-delà d’une demande de rendez-vous au Premier ministre, ils plaident pour une autre politique. Pour expliquer la démarche, Alain Bocquet emprunte une image au rugby : « Nous sommes un pack de défense et d’attaque pour le Nord - Pas-de-Calais. » Le député-maire de Saint-Amand s’indigne du poids des marchés financiers sur les décisions des gouvernements et la vie des citoyens.


Sa conclusion : « Les Nordistes ont eu raison de dire « non » à Maastricht et au traité de Lisbonne. » En trois feuillets, les parlementaires dressent un réquisitoire et évoquent leurs combats récents au Palais Bourbon comme au Sénat avec une double mission, « s’opposer et proposer ». « La demande de remboursement faite à des victimes de l’amiante, c’est un scandale dans le scandale, l’amiante c’est 3 000 morts par an »,s’indigne Michelle Demessine.

Marc Dolez part de son côté en croisade contre la hausse de la TVA « qui va frapper davantage les plus modestes » et l’allongement du délai de carence en cas d’arrêt maladie. À propos du budget de la Sécu, Dominique Watrin proteste contre les mesures qui vont accroître les inégalités de santé dans une région lanterne rouge sur ce chapitre. Autre logique

L’euro-député Jacky Hénin considère que « le Nord - Pas-de-Calais ne bénéficie pas d’un juste retour des choses en investissements publics ». Jean-Jacques Candelier défend une politique alternative qui taxerait notamment les flux financiers, s’appuierait sur un pôle bancaire public important et favoriserait une relance économique. Pour l’heure, il craint un troisième plan de rigueur et une asphyxie des collectivités locales.

L’autre logique, c’est le créneau du sénateur Éric Bocquet très sceptique face aux gouvernements d’experts et de techniciens. Il rappelle que les banques françaises ont réalisé 11 milliards d’euros de bénéfices au premier semestre. Le mot de la fin revient à Alain Bocquet : « L’austérité, ce n’est pas la solution, c’est le problème. »

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02