S’inscrire à l’infolettre :

Le compte administratif : miroir des choix politiques de la ville

Publié le 29 juin 2009

Alors qu’il est demandé au Conseil municipal d’approuver le premier Compte administratif de la mandature, le groupe communiste se félicite du respect du programme municipal ainsi que de ses priorités : importance accordée au cadre de vie, au développement durable (dans toutes ses dimensions : environnementales, sociales et économiques), à l’enseignement et à la formation, à la culture, aux sports et à la jeunesse.

Intervention de Sylviane DELACROIX lors du Conseil Municipal du 29 Juin 2009


Madame le Maire, Cher-e-s Collègues,

Je voudrais, en premier lieu, remercier l’Adjoint en charge des finances et les services pour la qualité des documents qui nous ont été transmis et le travail très pédagogique qui a été réalisé afin que nous puissions nous exprimer au mieux sur ce compte administratif. L’accessibilité des documents est une dimension importante dans la mesure où elle favorise l’expression démocratique de chacun, la transparence et l’efficacité des débats.

Le Compte Administratif qu’il nous est donné d’approuver est le premier de cette nouvelle mandature et prend, de fait, à ce titre, une dimension particulière au regard des responsabilités qui nous ont été confiées par la population.

Il traduit l’état d’avancement des engagements pris auprès de la population qui s’est très majoritairement exprimée en faveur de ce programme pour lequel notre groupe s’est investi, dès le premier tour de l’élection municipale.

Il est, aussi, comme tout compte administratif une épreuve de vérité dans la mesure où il traduit la réalité du travail effectué par l’exécutif municipal.

J’aborderai, en premier lieu, ce document à travers deux chiffres caractéristiques : le taux d’exécution de 96,7% en fonctionnement et le taux de réalisation de 86,3% en investissement qui traduisent, d’une part, une volonté de maîtriser la fiscalité et de collecter l’impôt au regard de ce qu’il est possible d’entreprendre et expriment, d’autre part, un investissement fort des fonctionnaires de la Ville, aux côtés des élus impliqués pour mener à bien les dossiers quelle que soit la complexité des situations et les aléa auxquels nous pouvons être confrontés dans le quotidien.

Permettez-moi, en second lieu, de cibler la répartition des dépenses selon les grands secteurs de compétences : celle-ci traduit clairement les priorités qui sont les nôtres. Je n’en ferai pas un relevé exhaustif mais je noterai l’importance accordée au cadre de vie, au développement durable, dans toutes ses dimensions, environnementales, sociales et économiques, à l’enseignement et à la formation, à la culture, aux sports et à la jeunesse.

Ces grandes thématiques se déclinent, dans le détail du Compte Administratif, à travers, par exemple, l’amélioration des bâtiment communaux, la mise à niveau du patrimoine scolaire, la création de nouveaux équipements culturels ou sportifs mais aussi la mise en place de dispositifs comme la diminution du coût de la restauration scolaire pour les familles, l’action culturelle ou un soutien significatif au tissu associatif qui joue un rôle irremplaçable auprès des Lilloises et des Lillois.

Notre implication, dans ces politiques, n’est pas neutre dans la mesure où elles visent à favoriser l’accès de tous aux équipements, à la citoyenneté et aux dispositifs existants, à organiser le vivre ensemble et refusent l’essaimage au profit de réalisations et d’actions qui permettent de véritablement bouger les clivages en créant une dynamique dans chaque quartier mais aussi une dynamique pour la ville et les communes associées.

En ce sens, le Compte Administratif traduit bien, Madame Le Maire, ce à quoi nous nous sommes engagés devant les habitants, dans la campagne des élections municipales.

Plusieurs sujets, cependant, nous préoccupent, d’abord, la faible progression des concours de l’Etat qui s’élève à 1,1% en 2008 avec une inflation de 2,8%. Nous le constatons mais nous ne nous résignons pas à cet état de fait. Il y a, là, un manquement de l’Etat, un manquement grave.

Cette situation, de fait, pénalise doublement, la Ville et sa capacité d’initiative : elle nous prive, d’abord, de ressources légitimes, puis conjuguée aux transferts de charge de plus en plus lourds qui minent les autres collectivités que sont la Région ou le Département, et, enfin, ajoutée à la disparition annoncée de la taxe professionnelle, elle ne peut que nuire, à terme, aux nombreuses actions partenariales que nous menons avec ces collectivités et d’impacter, par un effet de ciseau, nos possibilités d’intervention.

Autre sujet de préoccupation, ce sont les difficultés, de plus en plus pressantes auxquelles sont confrontés nos concitoyens. Faute d’un bouclier social qui n’a pas effleuré le Président autoproclamé du pouvoir d’achat, ces difficultés nécessitent chaque jour davantage d’intervention ou de prise en charge au niveau de notre collectivité alors même que les recettes de fonctionnement peinent à progresser et que la crise qui perdure aggrave de jour en jour la situation des familles les plus vulnérables.

Enfin, si nous pouvons acter que les charges de personnels sont maîtrisées, nous ne pouvons nous satisfaire, et nous partageons, je n’en doute pas, cet avis, cette année encore, d’une revalorisation de l’indice de la fonction publique plafonnée à 0,8% comme un effet d’aubaine alors que l’inflation se situera dans une fourchette de 2,8%, pour ce compte administratif.

La perte récurrente de pouvoir d’achat des fonctionnaires, y compris celle annoncée pour 2009, même si nous essayons, à l’échelle de la Ville, d’en atténuer les effets, reste emblématique de la situation que connaissent bien des salariés et de la grande disparité qui existe dans notre cité, comme dans notre pays, en matière de répartition des richesses.

Pour rappel tandis qu’en 2007, 1479 Lillois étaient assujettis à l’impôt sur la fortune, pour une contribution moyenne de 6917 euros, plus de 50% des ménages échappaient à l’impôt sur le revenu, faute de ressources suffisantes.

Voilà, Cher-e-s Collègues, les réflexions que nous souhaitions vous faire partager à l’occasion de ce débat.

Pour conclure, vous l’avez compris, Madame Le Maire, le Groupe Communiste approuve le compte administratif 2008 tel qu’il nous a été présenté.

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02