S’inscrire à l’infolettre :

Rapport annuel sur l’accessibilité

Publié le 23 mai 2012

A l’occasion du Conseil municipal du lundi 21 mai 2012, Sylviane Delacroix a annoncé que, pour cette année, seront rendus accessibles 7 mairies de quartier, 2 crèches, 11 écoles ou Groupes Scolaires, 10 équipements sportifs, la médiathèque Jean LÉVY, la salle HERBAUX sur le quartier de Saint-Maurice. Cette programmation représente plus de 2,5 millions d’investissement et une mobilisation très forte des services pour assurer le montage, le suivi des dossiers et la réalisation des travaux. D’autres interventions comme la reconstruction de l’ESAT (pour ouvrir des places supplémentaires correspondant à 4 équivalents temps plein), la mise en accessibilité de la Piscine Marx DORMOY et de la piscine de Lille Sud seront réalisées ou connaîtront un commencement de travaux.

Au-delà de ces interventions lourdes, les dispositifs d’accompagnement de la Ville se sont développés dans de nombreux domaines. L’accueil du petit enfant de 0 à 3 ans est en progression chaque année dans les structures municipales et associatives : en 2008, 25 enfants y étaient accueillis et en 2011, 65 dont 15 nécessitant un renfort de personnel. Pour cela, la Ville met en place 2 auxiliaires de vie scolaire (AVS). 96 enfants de 6 à 12 ans dans les centres de loisirs ont été, de manière ludique, sensibilisés au handicap et 13 ont participé à un atelier de formation à la langue des signes. L’équipe Sport et handicap est intervenue chaque semaine dans 3 établissements auprès de 8 classes et 88 enfants de 6 à 11 ans. Ces activités de Handisport, ou sport adapté, sont en augmentation de 24% par rapport à 2010. 1705 personnes ont participé à ces activités extra scolaires en 2011. 805 personnes ont participé à diverses manifestations et événements (trail des remparts, jeux de l’avenir ou championnats du monde d’escrime...), soit 14% de plus qu’en 2010. Les 3 clubs handisport de la Ville comptent 128 licenciés et 95 autres sportifs sont accueillis dans les « 33 clubs intégrants ». Au Musée d’Histoire Naturelle, 3 groupes ont été accueillis pour des visites en langue des signes.


Ce rapport annuel a été, comme il se doit, soumis à l’approbation de la Commission Lille Ouverte à Tous. Il se présente en deux parties bien distinctes : la première consacrée aux réalisations de la Ville pour améliorer l’accessibilité et faire valoir « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées », la seconde consacrée aux travaux de la commission.

Quatre axes avaient été définis en 2010 pour un plan d’action global : 1. la sensibilisation des élus et des services, 2. la mise en place d’instances de suivi, de concertation et de développement de partenariat, 3. l’intégration de l’accessibilité dans les cahiers des charges des grands projets, 4. la valorisation des actions de la ville et l’information aux publics concernés.

Je ne développerai pas en détail les 14 alinéas consacrés à l’implication de la Ville mais ces différents chapitres montrent que toutes les délégations sont parties prenantes de cette ambition partagée.

Le diagnostic accessibilité des 360 établissements recevant du public de la ville, réalisé en 2009-2010 a été suivi de la mise en place, comme nous nous y étions engagés, d’un comité de pilotage. Celui-ci a permis de définir les principes d’une programmation autour de critères de répartition par quartier, de fréquentation des espaces ou d’établissements spécifiques et uniques.

Pour cette année seront rendus accessibles :

  • 7 mairies de quartier,
  • 2 crèches,
  • 11 écoles ou Groupes Scolaires,
  • 10 équipements sportifs
  • la médiathèque Jean LÉVY,
  • la salle HERBAUX sur le quartier de Saint-Maurice.

Cette programmation représente plus de 2,5 millions d’investissement et une mobilisation très forte des services pour assurer le montage, le suivi des dossiers et la réalisation des travaux.

D’autres interventions comme la reconstruction de l’ESAT, la mise en accessibilité de la Piscine Marx DORMOY et de la piscine de Lille Sud seront réalisées ou connaîtront un commencement de travaux : elles sont hors programmation spécifiques mais sont bien intégrées dans ces projets.

Nos échanges avec LMCU ont permis d’ajouter à nos critères celui de proximité des transports en commun et de contribuer ainsi à un engagement majeur auprès des associations : assurer la continuité de la chaîne de déplacement. La Ville figure, ainsi, parmi les communes retenues pour les expérimentations dans le cadre du Plan de mise en Accessibilité de la Voirie et des Espaces publics (PAVE). Le périmètre de cette expérimentation va de la porte de Douai au lycée Gaston BERGER , au Jardin Botanique et à la rue Louise Michel. Les premiers éléments de diagnostic seront prochainement disponibles. Les préconisations donneront lieu à concertation et arbitrage sur les aménagements à réaliser.

Les places de stationnements font, elle aussi, l’objet d’une attention toute particulière. Je rappelle que la Ville autorise le stationnement sur toute place des personnes ayant la reconnaissance handicap à titre gracieux sans pour autant se dédouaner d’un travail systématique sur les places dédiées. Sur ce dossier, rendu complexe compte tenu d’une réglementation en perpétuelle évolution, la mise en place, à l’interne de la Ville, de référents handicap, dans chaque service, s’est avéré un atout important pour faciliter la concertation et répondre davantage aux attentes des associations et des publics. Les emplacements créés square Morisson et prévus dans le réaménagement l’Avenue Kennedy en témoignent.

La concertation sur les grands chantiers de la Ville s’est développée : la zone de rencontre de la Grand Place a permis de progresser tant au plan local que métropolitain et de codifier davantage la méthodologie. Le Plan Local d’Action pour le développement du Commerce et des Services avec le soutien du Fonds d’Intervention pour les Services, l’Artisanat et le Commerce s’inscrit dans cette logique de parcours. Il permet aux commerçants des périmètres retenus de bénéficier d’une aide pour faciliter l’accessibilité des abords, des entrées et des vitrines : ce dispositif qu’il nous faut encore mieux faire connaître pour qu’il soit davantage sollicité devrait se poursuivre jusqu’en novembre 2012. L’information et la communication sont également partie intégrante d’une accessibilité globale, deux brochures existent : l’une dédiée aux outils et services, la seconde aux informations pratiques.

Parallèlement à cette communication, remise à jour régulièrement et complétée par le site de la Ville, nous avons souhaité développer des outils plus ponctuels : il existe, aujourd’hui, un partenariat avec un des opérateurs intervenant sur l’espace public pour que les chantiers prévus fassent l’objet, en amont, d’une information aux associations pour faciliter la circulation des personnes quand les itinéraires sont impactés. Cette expérimentation vise à être généralisée, elle est complétée par des alertes spécifiques, sur support adapté, dans chaque quartier concerné par des travaux.

Au-delà de ces interventions lourdes, les dispositifs d’accompagnement de la ville se sont développés dans de nombreux domaines. L’accueil du petit enfant de 0 à 3 ans progresse chaque année dans les structures municipales et associatives en 2008 : 25 enfants y étaient accueillis, en 2011, ils sont 65 dont 15 nécessitant un renfort de personnel, réalisé en cofinancement avec la Caisse d’Allocations Familiales.

Pour la scolarisation, la Ville met à disposition deux auxiliaires de vie scolaire dans le cadre des compétences qui sont les siennes. En partenariat avec l’éducation nationale, les écoles et les structures concernées, la Ville mobilise des prestations et des moyens qui favorisent l’intégration d’enfants porteurs de handicap en milieu ordinaire. C’est le cas pour les écoles Samin Trulin, Thierry Launay, Moulin-Pergaud, Bara et Cabanis. L’activité d’équitation à visée thérapeutique de l’école de la forêt de Phalempin a vu ses moyens renforcés en 2011.

Dans le cadre du Projet Éducatif Global, un groupe de travail s’est organisé autour de l’accueil des enfants, un autre doit se réunir prochainement sur l’accompagnement des familles. 96 enfants de 6 à 12 ans dans les centres de loisirs, ont été, de manière ludique sensibilisés au handicap, 13 ont participé à un atelier de formation à la langue des signes.

L’équipe Sport et handicap est intervenue chaque semaine dans trois établissements auprès de huit classes, auprès de 88 enfants de 6 à 11 ans. Ces activités de Handisport ou sport adapté sont en augmentation de 24% par rapport à 2010. Les animations sportives avec le centre social Roger Salengro, les mercredis sportifs, le club Association Sportive Handisport- les Alouettes pour l’escrime et les leçons de natation tout handicap, ont permis à 1705 personnes de participer à ces activités extra scolaires en 2011.

Par ailleurs 805 personnes ont participé à diverses manifestations et événements comme le trail des remparts, les jeux de l’avenir ou les championnats du monde d’escrime..., soit 14% de plus qu’en 2010. Les 3 clubs handisport de la Ville comptent 128 licenciés et 95 autres sportifs sont accueillis dans les « 33 clubs intégrants ».

Pour la culture, de nouveaux outils ont été mis à disposition des publics : au Musée d’Histoire Naturelle, une maquette tactile numérique a été installée. Elle permet d’accéder à des collections conservés en réserve ainsi qu’à des contenus pédagogiques. Par ailleurs, trois groupes ont été accueillis pour des visites en langue des signes.

Le Palais des Beaux Arts s’est, également, doté d’une maquette tactile, réalisée en 3D, outil de présentation du musée, indispensable pour appréhender son architecture : elle facilite le repérage et la visite pour les personnes aveugles ou malvoyantes. Le Palais des Beaux Arts propose aussi un audio guide de nouvelle génération, très maniable offrant à la fois une audio description mais aussi une version en langue des signes.

La médiathèque Jean Lévy, le Musée de l’Hospice Comtesse, la Maison Folie de Wazemmes, l’Opéra de Lille et l’office de Tourisme ont eux même développé des outils et amélioré ceux dont ils disposaient pour favoriser l’accueil des publics. Ce sont de véritables stratégies qui sont mises en place dans ces différents établissements pour que l’ensemble des handicaps soient pris en compte avec la volonté d’apporter des réponses immédiate mais aussi d’anticiper sur le long terme.

Comme pour l’ensemble de nos concitoyens, l’emploi reste un sujet majeur de préoccupation. La convention signée avec le FIPHFP a permis de nombreuses initiatives de sensibilisation et de formation des agents ainsi que des adaptations de postes de travail. Des démarches volontaristes ont été mises en place et se doivent d’être confirmées. Avec 5,1% de travailleurs handicapés dans le personnel de la Ville et des communes associées, nous n’atteignons pas les 6% souhaités. Si des perspectives existent, il nous faudra cette année faire mieux.

Parmi ces perspectives : la reconstruction de l’ESAT permettra l’ouverture de places supplémentaires correspondant à 4 équivalents temps plein. L’accueil dans les services de la ville de jeunes stagiaires de la CLIS du Collège Franklin et la mise en place d’un partenariat avec la FNATH, association des accidentés de la vie et des victimes d’accidents au travail pour favoriser l’emploi des personnes reconnues travailleurs handicapés sont autant de pistes, dores et déjà, lancées pour y remédier et que nous suivons avec la plus grande attention.

Enfin, c’est l’ensemble de nos instances participatives qui s’implique, dans cette mobilisation générale, avec notamment, le Conseil des enfants qui a travaillé sur l’élaboration d’un livret de témoignages d’enfants en situation de handicap et dans la collecte de bouchons en partenariat avec « les bouchons d’amour ».

Second volet plus synthétique, celui de la commission Lille Ouverte à tous. Trois groupes ont été créés : 1. culture, loisirs, sport, 2. solidarité, lien social, 3. cadre de vie. Le groupe « culture, loisirs sport » a choisi de travailler sur l’accès pour tous aux événementiels portés par la Ville. Lille Neige en a été le premier exemple.

Le groupe « solidarité, lien social » a opté pour l’accueil des usagers en situation de handicap. Des agents de la mairie de quartier du Faubourg de Béthune ont échangé avec des représentants d’usagers. Des actions s’ensuivent : un module de formation des agents . Un document est en cours d’élaboration pour mieux comprendre les différents handicaps, leur manifestation et leur prise en compte. Le groupe cadre de vie a centré son activité sur l’accessibilité des espaces publics et des établissements recevant du public, des marches exploratoires sont désormais régulièrement organisées. Elles donnent lieu à échanges et préconisations.

Voilà, Madame le Maire, Cher-e-s Collègues, l’essentiel des évolutions constatées depuis notre dernier rapport, grâce à la mobilisation de l’exécutif et avec l’aide de l’ensemble des services.

Je vous remercie.

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02