Conseil municipal du 28 juin 2013

S’inscrire à l’infolettre :

Intervention de Hugo VANDAMME sur l’approbation du Compte Administratif 2012

Publié le 1er juillet 2013

L’approbation de ce Compte Administratif est une décision particulière dans la mesure où c’est la dernière fois durant notre mandature que nous pouvons rendre compte de nos engagements pris devant la population qui nous a fait confiance en 2008 pour la représenter et conduire un projet ambitieux. C’est donc un moment de vérité qui intervient dans un contexte national difficile qu’il nous faut rappeler car il a évidemment un impact direct sur les politiques de la Ville et nos choix budgétaires.

En effet, le gel des dotations de l’Etat réduit de manière non négligeable notre marge de manœuvre budgétaire. Nous notons tout de même que la diminution des recettes en provenance de l’Etat en 2012 s’élève à 3 millions d’euros et à 10,3 millions d’euros cumulés depuis 2010.

Néanmoins, concernant toujours les recettes, la volonté de maîtriser les taux de la fiscalité locale répond pleinement aux objectifs que nous nous sommes donnés en début de mandat. En effet, le maintien des taux d’impositions correspond à une politique fiscale constante et juste dont nous sommes satisfaits et sur laquelle nous restons vigilants.

En ce qui concerne les dépenses de fonctionnement, nous regrettons ce qui est pudiquement appelé la maîtrise de la masse salariale qui correspond en fait au gel du point d’indice des salaires des fonctionnaires qui, d’ailleurs, est maintenue pour la quatrième année consécutive.

L’augmentation du coût de la vie avec une inflation à plus de 7 points depuis 2010 continue d’entamer le pouvoir d’achat de la plus grande partie des 4500 fonctionnaires territoriaux, même si notre Ville cherche à en atténuer les effets dans le cadre de négociations avec les organisations syndicales. Les accords qui en découlent doivent nous encourager à renforcer toujours plus la qualité du dialogue social qui se doit d’être exemplaire et à garantir à chaque agent une évolution dans son parcours professionnel.

Pour la partie investissement, malgré un environnement défavorable, je le répète, le taux de réalisation est supérieur à celui de l’année précédente en s’élevant à plus de 83 % et démontre le travail remarquable et indispensable des agents des services. Les investissements liés aux équipements et aux infrastructures de proximité augmentent encore, avec, par exemple, la fin des travaux du Jardin des Sports, la construction de la Bourse du Travail, la nouvelle Maison de l’Emploi, la relocalisation de l’ESAT et la réhabilitation de la résidence locative des Dintellières, gérée par le CCAS.

Concernant l’augmentation de 18% de l’encours de la dette, nous continuons de militer pour que la Banque Centrale Européenne puisse prêter directement aux Etats et aux collectivités territoriales. De même, nous continuons de penser qu’il faut créer un pôle financier public capable de prêter aux collectivités territoriales sans prélever d’intérêts au passage, contrairement aux banques privées qui continuent de profiter de la crise du capitalisme qu’elles ont créée.

Pour développer ou amplifier, à Lille, nos dispositifs de solidarité, nous espérons que le Gouvernement reviendra sur ses annonces lors de la prochaine Loi de finances, actuellement synonyme d’asphyxie financière pour les collectivités territoriales. En effet, nous ne pouvons accepter une réduction de 3 milliards d’euros dès 2014 des dotations de l’Etat et de nouvelles charges induites par la hausse de la TVA dans les transports et le bâtiment, alors que le Gouvernement vient d’offrir 10 milliards de cadeaux fiscaux aux entreprises.

Par ailleurs, ce qui est nécessaire pour les entreprises et les emplois, c’est de remplir les carnets de commandes. Aussi, réduire les moyens des collectivités territoriales, c’est réduire leur capacité d’investissement de proximité qui représente pourtant plus de 70% des investissements publics. Chacun peut mesurer les conséquences négatives pour notre territoire.

De même, pour faire face par exemple, en fonctionnement, aux nouvelles charges liées aux rythmes scolaires et, en investissement, à nos obligations en matière d’accessibilité, notre collectivité a besoin davantage de dotations.

Enfin, concernant plus précisément l’actualisation des tarifs des services municipaux en 2013 qui nous a été présentée, nous profitons de cette prise de parole pour souligner notre attention aux souffrances des familles dues à la vie chère. Le Groupe Communiste – Front de Gauche propose donc que nous remettions collectivement en cause le principe de l’augmentation mécanique des tarifs municipaux liées à l’augmentation du coup de la vie.

Pour conclure, le Groupe Communiste - Front de Gauche approuve le Compte Administratif 2012 tel qui nous est présenté.

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02