Sénatoriales

S’inscrire à l’infolettre :

Défaite historique de la droite, deux sénateurs communistes dans le Nord

Publié le 7 octobre 2011

Pour la première fois, le Sénat passe à gauche. Dans le Nord, la liste soutenue par le front de Gauche gagne en voix et a vu élire deux sénateurs communistes avec Eric Bocquet et Michelle Demessine.


extrait de Liberté Hebdo du 30 septembre 2011 :

« Complémentarité de mandats »

Dans le Nord, la liste PCF-Front de Gauche progresse en nombre de voix par rapport à 2001 (842 voix contre 797). La liste communiste du Pas-de-Calais régresse, de 614 à 435 voix. Les « grands électeurs » étant notamment des conseillers municipaux, la perte des mairies de Calais et Harnes a eu des conséquences, ainsi que les 15 « grands électeurs » de moins à Rouvroy, commune passée au-dessous des 9.000 habitants. Michelle Demessine, en deuxième position sur la liste nordiste, est réélue (1). Elle sera accompagnée de deux nouveaux sénateurs : Eric Bocquet pour le Nord, Dominique Watrin pour le Pas-de-Calais. Le premier, maire de Marquillies, dans les Weppes, va devoir s’arranger pour se partager entre sa commune et le Sénat. Mais il note que « les deux [mandats] s’articulent » et que « les parlementaires ont des collaborateurs ». Dominique Watrin, vice-président du Conseil général du Pas-de-Calais, nous a confié qu’il quittera son « poste de conseiller municipal et d’adjoint au maire » de Rouvroy. Il espère « trouver une complémentarité entre » son siège de conseiller général, « à travers [sa] délégation aux personnes âgées et [sa] future fonction au Sénat », où il « espère intégrer la commission sociale ».

« L’abrogation de la réforme territoriale »

Tous deux insistent sur le « travail de proximité » de leur campagne électorale. « Mes colistiers étaient représentatifs de tous les territoires, remarque Dominique Watrin. Des élus locaux parfois engagés au Conseil général ou régional, mais aussi proches des grandes préoccupations. René Hocq, maire de Burbure, est à la Fédération départementale de l’Energie. Martial Stienne, conseiller général à Vitry-en-Artois, milite dans un canton rural, en lien permanent avec les élus qui ne sont pas forcément communistes… » Il ajoute : « On a rassemblé près de 300 élus dans sept réunions publiques. Il y a maintenant une attente forte afin que ces liens se prolongent. » Eric Boquet explique qu’avec Michelle Demessine, il consacrera deux journées par an à chacun des six arrondissements du Nord, qui comptent 650 communes.

« L’UMP est sanctionnée », insiste Eric Bocquet, qui note « une colère » face au « mépris envers les élus locaux », accusés d’être « trop nombreux, de coûter trop cher… » Ainsi, la réforme territoriale voit le préfet tracer d’autorité les frontières des intercommunalités. Pour le maire de Marquillies, une des priorités est « l’abrogation » de cette réforme, pour en bâtir une autre, « à partir du terrain ». Les socialistes paraissent d’accord mais des divergences sont possibles. « L’entité de base doit rester la commune », insiste Eric Bocquet. Il sent, au PS, une inclination vers la constitution de « grandes métropoles ».

L. FINEZ et J. KMIECIAK

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02