cinéma L’Armée du crime de Robert Guédiguian

S’inscrire à l’infolettre :

Le parti pris de la vie

Publié le 2 octobre 2009

article de Liberté Hebdo du 25 septembre 2009


• Avec « Marius et Jeannette », 1997, Robert Guédiguian réenchante le monde : l’affiche du film est placardée dans de nombreuses Assedic occupées par les chômeurs parmi les slogans mobilisateurs. Déjà en 1992 et 1995, la dynamique est enclenchée. « L’Argent fait le bonheur », fable subversive, conte d’agit-prop, fait son miel de toutes les beautés du monde et ses douleurs et colères de toutes ses vilénies, refusant « l’enlisement du vouloir dans l’impuissance d’agir ». Dans « A la vie, à la mort ! », tragédie optimiste, des paumés généreux et truculents fomentent des bonheurs au quotidien pour repousser la poisse : il sort juste avant le grand mouvement social contre le Plan Juppé de la Réforme de la Sécurité Sociale. Mais à la fin des années 90, l’élan se brise, l’enthousiasme s’effondre. « La Ville est tranquille », 2000, est un film d’impasses et de manques. Dans « Mon père est ingénieur », 2004, la fragmentation de la société, les réflexes communautaristes favorisent les replis frileux et agressifs à la fois. Par contre, en 2008, « Lady Jane », malgré l’emprise de la désespérance, recèle une espérance muette : ce film se clôt sur un groupe rock dont le nom Nacimiento signifie naissance.

Espérer l’inespéré ou rallumer tous les soleils ?

Robert Guédiguian semblait s’être éloigné d’un monde qui s’était éloigné de lui et qui a vu s’effilocher l’héritage d’un siècle de luttes, il rend à nouveau palpable la place vide du rêve et de l’espérance : enrayer la spirale régressive avec ce qu’on peut mettre d’avenir autre sur un présent délabré. Au lieu de ressasser les échecs, il se tourne vers des valeurs encore capables de fonctionner, une manière de susciter, ici et maintenant, un désir, une exigence de luttes. Avec « L’Armée du crime », il opère un retour vers une matrice originelle et élective, un espace de passé fortifié que l’on voudrait voir relancé. En 1941, au sein de la MOI (Main d’œuvre Immigrée), organisation du PCF, se constitue, autour de Manouchian, ouvrier poète arménien, un groupe de combattants, émigrés juifs, italiens, espagnols, polonais, hongrois et roumains, qui multiplient exécutions et attentats contre les troupes hitlériennes, lutte clandestine popularisée par le poème d’Aragon mis en musique par Léo Ferré : « Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent ». Traqués par les brigades spéciales d’une police française zélée, ils furent arrêtés et fusillés au Mont Valérien le 21 février 1944, les services de propagande allemande et française placardèrent sur les murs cette Affiche Rouge où dix de ces combattants de la liberté étaient présentés comme une « armée du crime », terroristes métèques, juifs, communistes.

« Amoureux de vivre à en mourir »

Alors que le film de Frank Cassenti en 1976 mettait les événements à distance, celui de Guédiguian de facture classique porte haut les couleurs populaires de la fraternité et de la lutte et touche au plus profond du sentiment de la vie : quartier de Belleville avec ses cours et petits ateliers, entraînements à la piscine et compétition, réunions familiales ponctuées de chansons, dévotion amoureuse et amour maternel, tout ce qui constitue le passage de lumière entre soi et soi, et les autres. Tout en montrant une résistance plurielle et singulière (détermination, peur, violence accompagnée d’interrogations), Guédiguian s’attache aux choses tendres et simples de la vie : l’eau de la Seine vue au travers du fourgon grillagé, fleurs entraperçues par delà une vitre translucide, coulées de soleil au travers des feuilles. Son réalisme, il ne le recherche pas dans un décor reconstitué et filmé en tant que tel mais au fond de la tête, du cœur et des tripes de ces « amoureux de vivre à en mourir ». Il assume pleinement la dimension pédagogique de son film, une fiction documentée qui, dès lors, n’est plus une vérité perdue : « Il y aura toujours des choses auxquelles il faudra résister », des lieux et des moments où le « nous » de demain, comme celui d’aujourd’hui, peut à nouveau se nouer.

Alphonse CUGIER

L’affiche rouge - poème de Louis Aragon

Vous n’avez réclamé ni gloire ni les larmes Ni l’orgue ni la prière aux agonisants Onze ans déjà que cela passe vite onze ans Vous vous étiez servis simplement de vos armes La mort n’éblouit pas les yeux des Partisans

Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants L’affiche qui semblait une tache de sang Parce qu’à prononcer vos noms sont difficiles Y cherchait un effet de peur sur les passants

Nul ne semblait vous voir Français de préférence Les gens allaient sans yeux pour vous le jour durant Mais à l’heure du couvre-feu des doigts errants Avaient écrit sous vos photos MORTS POUR LA FRANCE

Et les mornes matins en étaient différents Tout avait la couleur uniforme du givre A la fin février pour vos derniers moments Et c’est alors que l’un de vous dit calmement Bonheur à tous Bonheur à ceux qui vont survivre Je meurs sans haine en moi pour le peuple allemand

Adieu la peine et le plaisir Adieu les roses Adieu la vie adieu la lumière et le vent Marie-toi sois heureuse et pense à moi souvent Toi qui vas demeurer dans la beauté des choses Quand tout sera fini plus tard en Erivan

Un grand soleil d’hiver éclaire la colline Que la nature est belle et que le coeur me fend La justice viendra sur nos pas triomphants Ma Mélinée ô mon amour mon orpheline Et je te dis de vivre et d’avoir un enfant

Ils étaient vingt et trois quand les fusils fleurirent Vingt et trois qui donnaient le coeur avant le temps Vingt et trois étrangers et nos frères pourtant Vingt et trois amoureux de vivre à en mourir Vingt et trois qui criaient la France en s’abattant

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02