[] []

Halte à l’extrême droite

S’inscrire à l’infolettre :

Jean-Jacques Candelier répond à M. Le Pen

Publié le 28 juin 2011

Suite à la lettre de Marine Le Pen du 30 mai 2011 sur les questions liées à la plurinationalité, le député communiste du Nord Jean-Jacques Candelier écrit à la Présidente du Front National.

« Madame la Présidente,

J’ai pris connaissance de votre courrier du 30 mai 2011 sur les questions liées à la plurinationalité.

Pour commencer, je vous informe que, jusqu’à présent, aucun citoyen ne m’a jamais saisi à ce sujet. Cela ne m’étonne pas, dans la mesure où il s’agit d’un dossier anecdotique. Notre pays, contrairement à ce que vous pensez, n’a rien à craindre des bi ou plurinationaux.


Le principe de la double nationalité peut néanmoins être discuté. Vous prétendez que nous assistons à une « explosion du chiffre des binationaux ». En réalité, nous ne savons pas combien de personnes sont concernées en France ; il n’existe aucun registre.

La mission d’information sur le droit de la nationalité de l’Assemblée nationale vient de rendre ses conclusions, dans une cacophonie politique au sein de la majorité. Nul doute que vous y trouverez tous les éléments vous permettant d’alimenter vos fantasmes et vos fixations.

Il y a dans vos pensées, tout comme dans celles de l’UMP, l’idée archaïque, rétrograde et dangereuse que la nationalité se mérite et qu’on devrait en être fier. Ainsi, par exemple, les criminels naturalisés devraient être déchus de leur nationalité. Je ne vois pas quelle fierté il y a à naître Français plutôt que Malien ou Coréen. Pour ne prendre que cet aspect, notre pays a commis plus de crimes dans son histoire - et en commet encore beaucoup - que de nombreuses nations !

Lutter contre les guerres impérialistes en Libye ou en Afghanistan, comme lutter contre la colonisation et l’occupant nazi, a, par contre, toujours fait la fierté des communistes, héritiers d’une longue et fructueuse tradition humaniste, révolutionnaire, républicaine et progressiste française.

Aujourd’hui, alors que des potentialités révolutionnaires et démocratiques se font jour dans le monde, il est particulièrement déplacé d’attiser la peur de l’autre et diviser artificiellement le peuple de France.

Il faudrait, au contraire, l’unir pour empêcher que ne soient sabordés les progrès historiques qui ont pu être arrachés en 1936, 1945, 1968 et à l’occasion d’autres rapports de forces. Il faudrait défendre les libertés, la démocratie, le progrès, la souveraineté nationale, la solidarité internationale, œuvrer à la transformation progressiste de la société, faire le choix de l’anti-impérialisme, de l’anticolonialisme, de l’antimilitarisme, du pacifisme, de l’antiracisme et de l’antifascisme.

Dans le système capitaliste, que je combats de toutes mes forces mais que vous soutenez pour votre part, la solidarité du monde du travail s’établit naturellement sans aucun égard aux nationalités et aux conceptions étroitement juridiques. Il existe une communauté d’intérêt pour les travailleurs du monde entier : briser les chaines de l’exploitation et de l’oppression.

Ce que je défends à l’Assemblée nationale, outre des mesures aussi fondamentales que la sortie du Traité de Lisbonne, la sortie de l’OTAN, l’établissement de la démocratie sur les lieux de travail et la nationalisation des banques, c’est le rétablissement d’un code de la nationalité fondé sur le respect intégral et automatique du droit du sol dès la naissance et sur un droit à la naturalisation facilité, permettant à tous les étrangers qui le souhaitent d’acquérir la nationalité française au-delà de 5 ans de résidence sur le territoire.

Enfin, je déplore de ne pouvoir combattre vos idées directement dans l’hémicycle. Soyez assurée que, si l’occasion venait à se présenter, je ne manquerai pas de le faire avec force.

Je vous prie d’agréer, Madame la Présidente, l’expression de ma considération distinguée.

Jean-Jacques Candelier »

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02