[] []

Conseil municipal du 30 septembre 2013

S’inscrire à l’infolettre :

Il faut sortir la vie associative du champ des activités soumis à la concurrence

Intervention d'Hugo Vadamme

Publié le 30 septembre 2013

Les élus du Groupe Communiste Front de Gauche ont répondu favorablement à l’Appel du collectif des associations citoyennes « Non à la disparition des Associations ».


Nous étions présents, au coté des militants associatifs, lors du rassemblement festifs du 21 septembre, place de la République à Lille.

Concernant, plus particulièrement la motion déposée par le groupe EELV, nous adhérons au contenu de celle-ci mais, nous nous interrogeons sur ces faiblesses.

En effet, pour nous aussi, il nous semble aujourd’hui urgent de prendre en compte cet Appel et d’œuvrer collectivement pour protéger le milieu associatif qui subit de plein fouet les coupes dans le budget de l’Etat et des collectivités.

Nous souscrivons parfaitement à l’idée que mettre en concurrence les associations et les contraindre à répondre à des appels d’offre pour subsister, c’est aussi réduire à néant leur capacité à innover, à mobiliser, à créer.

Enfin, nous sommes prêts à nous engager sur ce projet d’Appel porté par le réseau des Territoire pour l’Economie Solidaire (RTES).

Toutefois, afin de répondre clairement à l’Appel des associations citoyennes nous, les élus communistes – Front de Gauche, nous prononçons pour une politique de ré-investissement financier public de soutien à la vie associative et à l’éducation populaire sous forme de subventions, dans le respect de leur autonomie, afin de la sortir du champ de la concurrence.

Afin de marquer des signes de confiance et d’assurer la continuité des activités par les associations, nous encourageons les conventions pluriannuelles de coopérations comprenant les subventions financières et matérielles ainsi qu’une démarche de dialogue entre associations et collectivités.

Par ailleurs, nous rappelons que les associations subissent non seulement les conséquences de la circulaire Fillon qui les transforment en « prestataires de services », mais aussi le désengagement financier et la politique actuelle d’austérité du gouvernement qui s’applique aussi aux familles et aux collectivités locales.

Les politiques libérales menées par l’Union européenne marquent de nombreuses inquiétudes pour beaucoup d’associations.

Il est impératif de stopper l’élan qui vise à marchandiser tous les pans de la vie. Il est impératif de sortir la vie associative du champ des activités soumis à la concurrence.

L’heure n’est pas à l’affaiblissement du fait associatif, à sa mise en dépendance et en concurrence par le biais des appels à projets, mais au contraire à son développement, dans un esprit social, solidaire et démocratique.

Il est, notamment dans l’économie solidaire, un élément important du développement économique et social du pays et de l’emploi, avec ses 1,8 millions de salariés en France et plus de 43 000 dans la métropole lilloise.

Nous pouvons également nous poser la question de la cohérence entre la politique d’austérité menée par le gouvernement et la politique menée en faveur de l’emploi des jeunes.

Sachant que le gouvernement comme les collectivités locales s’appuient largement sur les associations pour l’embauche d’Emploi d’Avenir, il est nécessaire d’assurer le bon fonctionnement et la pérennité de leur activité, indifféremment de ces emplois, sans quoi nous sommes assurés de perdre les nombreuses possibilités d’emplois durables dans les associations.

Enfin, la vie associative contribue au développement de la vie démocratique et de l’intérêt général avec la participation citoyenne de milliers de bénévoles.

La diversité et l’unité des associations sont une force et un acquis qu’il convient de préserver et de développer.

Voilà pour nous le message que nous souhaitons faire connaître aux citoyens et au monde associatif.

Commenter cet article

Recevoir l'infolettre :

PCF de Lille

74 rue d'Artois
59000 Lille
Tél : 03.20.60.32.02